in

Nous rencontrons Ana Jarén, l’illustratrice millénaire espagnole qui a conquis des célébrités comme Reese Witherspoon

Nous rencontrons Ana Jarén, l’illustratrice millénaire espagnole qui a conquis des célébrités comme Reese Witherspoon

Il y a plus de cinq ans, la Fnac a arrêté la distribution de sacs en plastique pour les remplacer par des sacs en papier fabriqués à partir de matériaux recyclés et recyclables et des encres à l’eau avec des illustrations. Jusqu’à présent, un total de 15 designers ont incarné leur créativité. Et la compagnie, consciente de la grande valeur artistique de son initiative, a compilé dans un exposition itinérante cette oeuvre collective.

L’exposition, intitulée « Culture illustrée », fera le tour de plusieurs villes du 21 octobre au 15 septembre 2022. Il présentera le travail de María Hesse, Coco Dávez ou Ana Jarén, parmi d’autres illustratrices actuellement reconnues. Et c’est un projet culturel à part entière à faire ensemble ou accompagné. A l’occasion de son inauguration, nous nous sommes entretenus avec Ana Jarén. L’illustratrice sévillane est depuis longtemps devenue l’une de nos préférées avec son costumbrismo millénaire et nous voulions apprendre à la connaître un peu plus.

Pouvoir illustrer l’un des sacs FNAC était quelque chose que je voulais vraiment faire, car je connaissais les dessins réalisés auparavant par des illustrateurs que j’admire et je garde certains d’entre eux. Voir le sac marcher dans la rue a été un coup de joie à chaque rencontre. Maintenant, pouvoir montrer ces sacs avec eux dans tant de villes d’Espagne est quelque chose de précieux. Ce n’est pas la première fois que mon travail est exposé, mais chaque fois que cela se produit, c’est quelque chose de merveilleux et plus récemment, explique l’artiste.

Son design représente une situation familiale dans laquelle deux filles profitent d’un moment agréable donner une seconde vie à certains produits qui ont subi des dommages. Ce qui, d’une certaine manière, ressemble à ce que font Ana Jarén et la Fnac avec les sacs.

À propos de ses débuts

D’où vient votre passion pour l’illustration ? Comment se sont passés vos débuts ? Comment avez-vous fini par vous consacrer à cela ?

Depuis que je suis petite, j’ai toujours beaucoup aimé peindre, mais pour être honnête, ce n’était pas quelque chose que je considérais comme mon mode de vie. J’ai étudié la publicité et les relations publiques et j’ai commencé à travailler dans un bureau de communication de mode, qui était un secteur très ambitieux pour moi. C’était là, entouré de créateurs comme des designers, des stylistes… quand j’ai commencé à penser que je voulais aussi générer quelque chose, participer activement à la création des choses aussi. J’ai donc commencé à travailler sur mes dessins ; d’abord beaucoup peindre à la main et petit à petit quelques occasions d’illustrer dans la presse et des commandes privées sont arrivées… Au début tout était très timide et lent, mais avec de la persévérance, le volume des projets a augmenté jusqu’à ce que cela devienne mon métier.

Quel a été votre premier projet ? Comment avez-vous trouvé votre propre style ?
La première chose que j’ai essayée était des t-shirts avec des illustrations de créateurs de mode emblématiques. C’étaient des illustrations très simples, avec des lignes noires et des touches de rouge. Au début, j’essayais de faire quelque chose avec très peu de couleurs et assez simple, mais je sentais que je devais continuer d’avancer et en passant autant de temps à peindre, un style avec lequel j’ai commencé à me sentir très à l’aise et à me sentir vraiment propre a commencé à émerger organiquement.

Cela m’a beaucoup aidé à cette époque d’être très réceptif aux choses qui m’entouraient. Ainsi, je trouvais les thèmes que je voulais vraiment illustrer, des palettes de couleurs plus riches et plus matures et j’appréciais toujours beaucoup les détails.

Quelles sont vos références ?

Je suis inspirée et fascinée par le travail d’Amy Sherald, également Bryan Organ. Dans le domaine de l’illustration, j’adore Nina Cosford pour l’humour et la naïveté de son trait.

Sa méthode de travail et son inspiration

Comment se déroule votre travail au quotidien, quelles techniques utilisez-vous habituellement ? Par quelles étapes vos illustrations passent-elles avant que nous puissions les apprécier ?
Je suis une personne très méthodique et j’aime donner aux illustrations le temps et l’attention qu’elles méritent. Je m’assois habituellement à la table de travail à 06h00 pour maximiser la journée. J’essaie de profiter de toutes les heures que je peux pour faire ce que j’aime tant, en laissant des espaces pour ma fille, ce qui est le principal.

Je peins avec des techniques très simples comme le marqueur et le crayon sur papier. Bien que pour certains projets j’ai recours à d’autres techniques comme l’acrylique.
Mon procédé est assez simple, j’imagine qu’il est très similaire à celui de beaucoup de personnes qui peignent. Je commence par rassembler des idées et des références, j’esquisse l’idée et une fois satisfait, je réalise l’illustration finale. J’aime que lorsque je fais l’illustration, elle me demande certaines choses, alors j’essaie de faire un croquis ouvert pour incorporer ces éléments au fur et à mesure que je peins. Et la même chose m’arrive avec la question des couleurs. Je peux avoir une certaine idée de la palette que j’aime, mais au fur et à mesure je mets à jour ce que suggère le dessin.

Votre travail représente la beauté du quotidien à travers les femmes et beaucoup de couleurs, vous inspirez-vous des femmes qui vous entourent ? Sur les réseaux sociaux ? Pourquoi seulement les femmes ?

L’inspiration vient de partout, je suis toujours réceptive à ce qui m’entoure, que ce soit le cinéma, la musique, un immeuble dans la rue, un magazine, un musée ou un magasin. Ce n’est pas quelque chose de conscient, mais ma façon de voir est sûrement déjà habituée à filtrer les choses qui m’intéressent.La question des femmes n’a pas vraiment été quelque chose d’intentionnel. Je travaille généralement en série, développant des idées à travers de nombreuses illustrations, laissant à la fois le thème, les couleurs ou le style lui-même évoluer autant que nécessaire. J’ai concentré mon regard sur les femmes par affinité et j’ai continué à faire des choses dans ce sens. Bien que les femmes jouent un rôle fondamental dans mon travail, elles ne sont pas les seules protagonistes de mes illustrations, il y a aussi les hommes, les animaux, la décoration, qui peuvent devenir très importants selon le travail.

Le but de son art et son ascension vers la gloire

Ces scènes que vous dessinez sont-elles destinées à nous faire réfléchir ? Que voudriez-vous réaliser avec eux ? Avez-vous l’intention de traiter des questions sociales? Pouvons-nous approfondir les situations que vous représentez ?

Ce serait l’idée. J’aime évoquer des contextes et des situations a priori quotidiens mais les éléments supplémentaires, la décoration ou le look du personnage peuvent nous amener à autre chose. Tout dépend de combien vous voulez enquêter. J’aime l’idée que le spectateur termine ou fasse de l’histoire que je raconte la sienne. J’aime raconter des choses « incomplètes » pour que celui qui regarde l’illustration le ressente aussi, et ainsi une complicité se crée. Ils me disent assez souvent qu’ils se reflètent dans le dessin, qu’ils ont vécu cette scène et que pour moi c’est quelque chose de formidablement gratifiant parce que je sens que mon travail de dessin de cette pièce a été accompli. Ce jeu où ils complètent la scène que je représente avec leurs propres émotions me semble merveilleux.

Quels sont ceux qui fonctionnent le plus sur les réseaux ?

Je pense qu’ils aiment beaucoup les illustrations que je fais de couples et celles de moments de plaisir avec soi. C’est drôle d’avoir l’impression que les deux extrêmes fonctionnent. Des illustrations pleines de couleurs et d’éléments, les plus baroques et aussi le pôle opposé du dessin au trait dans lequel je dessine plusieurs fois simplement des plans très courts de scènes qui semblent intéressantes à dessiner et dans lesquelles il y a moins d’éléments et aucune couleur. .

Eva Chen, Tallulah, la fille de Bruce Willis et Demi Moore, Reese Witherspoon… Vous avez des fans de l’autre côté de l’étang, comment le vivez-vous ? Quel est le point d’inflexion auquel vous êtes vraiment conscient que vous commencez à devenir viral ?

Ces gens sont un bon exemple. C’est incroyable de voir comment des gens qui sont apparemment si loin de vous et qui sont si influents s’arrêtent pour voir votre travail.

Cela m’a donné beaucoup de confiance, non pas tant à cause de l’impact que ces personnes ont, mais parce que cela montre que nous n’avons pas à nous fixer de limites, mais que nous pouvons essayer d’amener notre travail n’importe où. Le simple fait de pouvoir essayer, sans être fou d’y penser, est très motivant.

Selon vous, qu’est-ce qui vous accroche tant dans votre travail ? Qu’est-ce qui vous distingue des autres illustrateurs ?Ce qu’ils me disent le plus sur mon travail, et je suis tout à fait d’accord, c’est qu’il est très amusant de s’arrêter et de regarder les détails. J’aime beaucoup les inclure dans les illustrations. Cela fait partie de l’histoire que je raconte et je suis très heureux de voir que cela ne passe pas inaperçu. L’autre serait la touche manuelle de mes illustrations qui donne le point imparfait du travail manuel et je pense que cela apporte de la chaleur à l’ensemble.

Magazines, marques, éditoriaux, expositions… vous avez tout fait, où vous sentez-vous le plus à l’aise ?

La vérité est que ce que j’aime, c’est la peinture et je me fiche du médium ou du support. J’aime beaucoup quand l’illustration prend vie dans les différents supports physiques, que ce soit un vase, une fresque ou un magazine, chacun a quelque chose de spécial, mais le point de pouvoir le toucher est fou pour moi.

Bien que cela semble très politiquement correct, il est vrai que tous les projets m’offrent quelque chose d’intéressant. Compléter l’histoire d’un article de magazine par une illustration est aussi enrichissant que d’illustrer un patron pour un tissu, où il faut comprendre les idées du créateur et les particularités du support, je pense que tout s’additionne et surtout, ça amuse moi. Une chose qui me rend fou de m’y consacrer, c’est que ce n’est pas du tout ennuyeux, je fais tout et quand c’est nouveau, j’apprends à le faire.

Y a-t-il un travail que vous considérez particulièrement important dans votre carrière ou qui vous passionne particulièrement ?

Il y en a que j’affectionne beaucoup, comme la collection avec La Cartuja de Sevilla, mon livre Amigas, la première fresque que j’ai réalisée, le sac FNAC, qui était une aspiration… Mais pour être honnête, chaque email qui arrive proposant un projet pour moi Il continue à produire beaucoup d’émotion, car j’aime pouvoir me consacrer à ce que je fais

Sur quoi travaillez-vous maintenant?Dans ceux-ci, je prépare une expo qui aura lieu en mars à Madrid et je collabore avec des magazines et je termine une affiche très cool qui sera bientôt dévoilée.

Photos | @anajarenilustration



N’oubliez pas : Sharing is caring 💖

Laisser un commentaire

Avatar

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *