in

La mode comme arme: l’histoire du power dressing

main-logo

13 mars 2021

Ils sont accueillis par des vêtements, escortés par l’esprit. Lorsqu’elles vont pour une entrevue, un dîner d’affaires ou un premier rendez-vous, les femmes se souviennent toujours de cette sagesse populaire. Par conséquent, ils accordent une attention particulière au choix d’une tenue qui aidera à faire une bonne première impression. Et ils ne sont pas tant motivés par le désir d’avoir l’air parfait que par la compréhension du pouvoir de la mode.

Les vêtements ne sont pas seulement un moyen d’expression féminine, mais aussi un élément important de présentation. Telle ou telle image peut être à la fois le reflet d’un sens unique du style et une déclaration politique sérieuse. Quel est le point commun entre les tenues blanches des suffragettes et les petites robes noires des actrices des Golden Globes? D’où vient le concept de power dressing et quelles formes prend-il aujourd’hui? Nous vous dirons comment les vêtements sont devenus une partie de la grande histoire de la lutte des femmes pour leurs droits.

Catherine Deneuve dans Yves Saint Laurent (1966)Catherine Deneuve dans Yves Saint Laurent (1966)

L’ère des femmes fortes

Pour la génération moderne, le concept de power dressing peut ne pas être tout à fait clair, voire totalement inconnu. Une autre chose est ceux dont la jeunesse est tombée dans les années 80. À l’évocation du pouvoir, des images de milliers de filles vives apparaîtront sûrement dans leur mémoire, qui, dans le but de détruire le stéréotype du destin féminin, ont conquis avec confiance des bureaux à travers le monde.

Hélas, il n’était pas si facile de prendre une position de leader dans les cercles politiques et commerciaux à cette époque. Pendant des siècles, ce territoire a été dominé par les hommes, et les femmes ont donc dû jouer selon leurs règles. Sans réfléchir à deux fois, les jeunes carriéristes se sont tournés vers leur arme principale et la plus fiable: la mode. Désormais, l’image d’une femme d’affaires citait presque littéralement la garde-robe des hommes.

Les costumes pantalons, les vestes allongées aux larges épaules et les jupes sous le genou cachaient les courbes de la figure féminine. Et les bijoux laconiques et les coiffures strictes soulignent une fois de plus le sérieux des intentions. Les imprimés compliqués et trop romantiques ont été remplacés par des rayures et des imprimés pied-de-poule, des couleurs vives – au bleu, au noir et au gris sobres.

La mode comme arme: Margaret Thatcher

Margaret Thatcher

Style de dame de fer

Margaret Thatcher est devenue l’un des principaux exemples de filles qui s’efforcent de réussir. Vous pouvez être d’accord avec sa position politique ou non, mais vous ne pourrez certainement pas nier son influence. La fille de l’épicier, qui est devenue la première femme à occuper le poste de Premier ministre de Grande-Bretagne, a compris plus que quiconque à quel point il est difficile d’obtenir le respect et une attitude sérieuse envers soi-même dans un environnement masculin.

Pour atteindre ses objectifs, la Dame de fer a dû se débarrasser de ses chapeaux fantaisie préférés, changer sa couleur de blonde à une blonde plus retenue et même travailler sérieusement sur une voix trop aiguë. En termes de puissance et de capacité à travailler avec des significations dans les vêtements, elle était incomparable.

Deux looks Thatcher classiques: une robe midi et un manteau ou un costume deux pièces en combinaison avec un chemisier. Dans son choix de palette de couleurs, Margaret était également très conservatrice et préférait généralement les nuances de bleu. Ce choix n’était pas dicté par la couleur des yeux, mais portait un caractère symbolique. Le bleu était la couleur du Parti conservateur, représenté par le premier ministre.

Procession du Parti du suffrage des femmes à New YorkProcession du Parti du suffrage des femmes à New York (1915) / Photo: Paul Thompson / Getty Images

Unité de couleur

Non seulement la Dame de fer était douée pour communiquer ses idées à travers la mode. La tradition de donner des connotations cachées aux couleurs des vêtements est loin d’être nouvelle et va souvent de pair avec les mouvements de protestation. Même pendant la Révolution française, les gens ont démontré leur position politique à l’aide de vêtements. Les partisans de la monarchie ont choisi des choses dans des tons clairs et verts, tandis que leurs adversaires s’habillaient d’un tricolore bleu-blanc-rouge.

Au XXe siècle, cependant, le mouvement féministe a acquis une force particulière. Les femmes qui revendiquent le droit de vote ont choisi le vert, le violet et le blanc comme couleurs principales. Ils symbolisaient respectivement l’espoir, la noblesse et la pureté. Ce sont les vêtements blancs qui sont devenus une sorte de code vestimentaire pour les suffragettes, auxquels elles ont recours lors d’événements publics.

En 1908, un rassemblement à Hyde Park à Londres a réuni plus de 300 000 femmes luttant pour leurs droits civiques. Tous vêtus de robes blanches, il était impossible de ne pas les remarquer. Aujourd’hui, les mutations politiques et sociales de la société acquièrent encore leurs codes visuels. Que ce soit la marche américaine 2017 en chapeaux roses, les gilets jaunes en France, ou le style noir total comme symbole de la lutte contre le harcèlement sur le tapis des Golden Globe 2018.

La mode comme arme: l'histoire du power dressingPortrait d’Amelia Bloomer / Helmut Newton’s célèbre ‘Le Smoking’ pour Vogue (1975)

Du culotte au smoking

Une histoire sur l’uniforme d’une «femme forte» serait incomplète sans parler de pantalon, ou plutôt de leur long et épineux voyage dans la garde-robe d’une femme. La fondatrice de la révolution du « pantalon » était Amelia Bloomer, suffragiste, ainsi que la créatrice et rédactrice en chef du premier journal pour les femmes de l’histoire.

En 1850, elle apparaît à sa propre conférence dans une jupe assez courte et large, associée à un pantalon, interceptée à la cheville par un cordon de serrage. L’astuce, inouïe à l’époque, s’est transformée en scandale et en ridicule en direction de l’activiste. Mais il y avait aussi ceux qui ont parsemé Amelia de lettres demandant à partager le patron des premiers pantalons pour femmes. Un nouveau mot est donc apparu dans le dictionnaire à la mode – « bloomers ». Un tel intérêt actif démontrait parfaitement la fatigue des filles de l’obligation de porter des jupes lourdes au sol.

Des changements rapides dans la mode féminine ont commencé à se produire pendant la Première Guerre mondiale. Au début, les filles qui assumaient des responsabilités masculines étaient autorisées à travailler dans la production en pantalon et en salopette. Puis, partout en France, on a parlé fort d’une certaine Coco Chanel, particulièrement attirée par les vêtements pour hommes. Et bientôt, les célèbres stars du cinéma Marlene Dietrich et Katharine Hepburn ont commencé à apparaître sur les écrans en tailleur-pantalon.

Le principal vulgarisateur de la mode «masculine» pour les femmes est Yves Saint Laurent. En 1966, le couturier français présente le premier smoking pour femme. La plupart du public a accepté la nouvelle création du maître avec hostilité, et ceux qui ont néanmoins décidé d’essayer le costume ont dû faire face à de sérieuses condamnations publiques. On sait qu’en 1968, la mondaine américaine Nan Kempner, vêtue d’un costume YSL, voulait être expulsée du restaurant new-yorkais La Côte Basque pour son apparence « obscène ». Pas perdue, la muse de Saint Laurent ôta son pantalon et se dirigea vers la salle en une seule veste.

Power dressing: style Kamala HarrisKamala Harris pour Vogue (2021) / Photo: Tyler Mitchell

Uniformes de puissance

Aujourd’hui, un smoking pour femme est considéré comme un classique du style business. Qu’il suffise de rappeler les constants tailleurs-pantalons d’Angela Merkel, qui chaque année en tête du classement des femmes les plus influentes du monde, ou les sets d’Hillary Clinton à différentes périodes de sa carrière politique. Mais n’oubliez pas que le power dressing n’est pas tant la sévérité masculine de l’image que le courage d’être soi-même. Et il n’y a pas de meilleur exemple que le style du nouveau vice-président américain Kamala Harris.

La première femme occupant une position aussi importante a ouvert une nouvelle page dans l’histoire du vêtement en tant que symbole du pouvoir et de la force féminins. L’image signature et déjà iconique de Kamala se compose d’un tailleur-pantalon, d’un T-shirt blanc, d’un collier de perles autour du cou et … des baskets Converse. Noir et blanc, haut et bas, avec et sans lacets, Harris propose une impressionnante collection de chaussures de sport. Elle le porte à la fois dans la vie quotidienne et au travail – et établit ainsi de nouvelles normes pour le style d’une «femme forte».

Photo: Helmut Newton « Ici, ils viennent II, Paris » (1981)

Laisser un commentaire

Avatar

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *