in

Une petite excursion dans le monde de la méditation

Meditation

23 avril 2020

Le Dhammapada, un ancien texte bouddhiste, dit: «Personne ne peut faire plus pour vous que votre propre esprit purifié. Aucun parent, aucun parent, aucun ami, personne. Un esprit discipliné apporte le bonheur.  » La psychologie occidentale contemporaine confirme la sagesse bouddhiste. Selon le professeur américain M. Chikszentmihalyi, la réalité n’est rien de plus que nos pensées à ce sujet. Cela signifie que les personnes qui ont appris à les contrôler peuvent elles-mêmes influencer la qualité de leur vie. Comment atteindre cet état d’esprit?

La réponse est donnée par le même ancien texte bouddhiste. Et cette réponse est la méditation. Cette pratique spirituelle a depuis longtemps cessé d’être le secret des ashrams indiens et s’est fermement établie dans la vie laïque. Selon le Dalaï Lama, seulement dix minutes de méditation par jour peuvent apporter vingt-quatre heures de joie. Cela semble tentant, mais cette affirmation a-t-elle une base scientifique?

Méditation

De l’histoire de la pratique

Les origines de la méditation remontent aux civilisations préhistoriques. Mais il a acquis une forme plus familière d’exercices spirituels pour nous dans la tradition védique qui a pris naissance au 16ème siècle avant JC. Elle a reçu son développement dans la religion du taoïsme en Chine et du bouddhisme en Inde. Et bientôt il s’est répandu le long de la Route de la Soie vers d’autres pays de l’Est. La pratique de la contemplation et de la réflexion mentales est alors apparue dans la plupart des religions du monde, dont l’islam et le christianisme occidental.

Une forme laïque de méditation qui ne se concentre pas sur la croissance spirituelle mais plutôt sur la santé mentale a gagné en popularité en Occident. Ceci est associé au développement de la théorie de l’inconscient. Le père de la psychanalyse, Sigmund Freud, pensait que «des techniques de respiration spéciales, en focalisant notre attention sur les fonctions corporelles, peuvent vraiment éveiller en nous de nouvelles sensations et un sentiment de communauté». En combinant les anciens enseignements orientaux avec l’approche analytique occidentale, les psychanalystes et les thérapeutes gestaltistes ont considérablement approfondi leur compréhension de la vie intérieure d’une personne et élargi l’arsenal de leurs méthodes.

Répandre la méditation

Les techniques de pleine conscience modernes, connues en Occident sous le nom de pleine conscience, sont libérées de toute base religieuse. Il s’agit d’un ensemble de techniques pour détendre et débarrasser l’esprit des irritants mentaux et des pensées négatives. Grâce à son accessibilité et à sa simplicité apparente, la pratique de la pleine conscience a rapidement remplacé une nouvelle tendance culturelle.

«La méditation est la dissolution des pensées dans la conscience éternelle ou pure conscience sans réification; c’est la connaissance sans penser, unissant un état limité à l’infini. « 
Voltaire

Parmi ses adeptes figurent des personnalités médiatiques, des acteurs populaires et des bohèmes créatifs. Le cinéaste de renom David Lynch est convaincu que la méditation transcendantale est le meilleur moyen de développer la créativité. « L’immersion dans un champ unifié vous permettra de réfléchir plus profondément, cela renforcera votre intuition … Vous ferez l’expérience de la beauté de la vie, vous débarrasserez de la colère et des pensées négatives, ressentirez de la clarté et de l’énergie pour créer. »

Oprah Winfrey rappelle régulièrement les bienfaits de la pleine conscience. « Grâce à la méditation, vous pouvez trouver la paix en vous-même, trouver un centre, reconnaître qu’il y a quelque chose de plus important que vous-même, que votre travail – cela apporte une énergie intense. » Et Naomi Watts est convaincue que la méditation régulière dans la nature lui permet de rester calme et stable. L’actrice avoue: «Je médite. La respiration est ce qui me permet de rester concentré et de rester stable. « 

Méditation

Une vision scientifique de la méditation

Le livre «Bouddha, le cerveau et la neurophysiologie du bonheur» du maître tibétain Mingyur Rinpoché présente les résultats d’une étude sur le cerveau de personnes qui pratiquent régulièrement la méditation depuis longtemps. Des experts de l’Université du Wisconsin ont constaté que pendant la pratique, l’activité neuronale de la zone responsable de l’expérience du bonheur augmente de 700 à 800%. Pour les sujets qui ont récemment commencé à méditer, les résultats ne sont pas si impressionnants – seulement 10 à 15%. Mais ils méritent aussi une attention, car cela prouve que les bienfaits de la méditation ne sont pas le résultat de l’auto-suggestion. Ce sont de réels changements qui se produisent dans notre corps au niveau neurophysiologique.

Selon le psychiatre Daniel Siegel, «lorsque nous méditons, une attention et une conscience concentrées aident à forger de nouvelles connexions neuronales qui inhibent davantage les réactions destructrices telles que les accès de colère ou de désespoir». En d’autres termes, la pratique de la pleine conscience prolonge la pause entre le stimulus et la réponse. Notre comportement devient donc moins impulsif, et le calme et la joie remplacent la peur et l’irritation.

«Nous ne méditons pas pour saisir des idées. Nous élargissons simplement l’espace de notre conscience et en sortons frais, pleins d’énergie, prêts à partir et maintenant à saisir des idées. « 
David Lynch

Le chef spirituel indien Osho écrit que lorsque nous méditons, nous devenons si sensibles au monde qui nous entoure que «même le plus petit brin d’herbe s’avère extrêmement important pour nous». La science confirme que dans un environnement d’information sursaturé, les techniques de pleine conscience vous permettent d’ajuster l’attention et d’augmenter la concentration. Mais en améliorant notre capacité perceptive et en activant nos sens, la méditation nous aide en même temps à contrôler la douleur physique. Cela lui permet d’être utilisé dans le travail avec des personnes souffrant de maladies chroniques afin d’améliorer leur qualité de vie.

Les pratiques de pleine conscience nous aident à maintenir un sentiment de contrôle dans un monde chaotique, inconnaissable et en évolution rapide. C’est pourquoi la méditation fait de plus en plus partie du travail complet de traitement de l’anxiété, de la dépression et de l’insomnie. De plus – cela nous rend littéralement plus gentils avec les gens! Selon Osho, « Si vous méditez, tôt ou tard vous trouverez l’amour. » Les scientifiques de l’Université de Boston appellent cela la capacité d’empathie et de compassion, qui est vraiment «pompée» chez les personnes qui s’engagent régulièrement dans des pratiques spirituelles. Cela les rend moins susceptibles d’entrer en conflit et d’établir des relations – personnelles et professionnelles – plus consciemment.

Méditation

Pourquoi la méditation n’est pas une panacée

Malgré la liste assez impressionnante d’avantages scientifiquement prouvés et la simplicité apparente, vous ne devriez pas prendre les pratiques spirituelles comme une recette universelle pour atteindre le bonheur. Même le Dalaï Lama est convaincu que les techniques de pleine conscience doivent être appliquées avec prudence: «Les Occidentaux se lancent trop rapidement dans une méditation profonde: ils ont besoin d’apprendre les traditions orientales et de s’entraîner plus qu’ils ne le font habituellement. Sinon, des difficultés mentales et physiques surgissent. « 

Le chef du département de neurophysiologie de l’Université Johns Hopkins, le Dr S. Snyder, est convaincu que la sérotonine, qui est synthétisée pendant la méditation, n’est pas aussi sûre qu’il n’y paraît à première vue. À petites doses, il peut en fait améliorer l’humeur. Mais une concentration trop élevée de cette hormone entraîne une augmentation de l’anxiété et des crises de panique. Ainsi, une passion excessive pour la pratique et les tentatives de guérir indépendamment la dépression avec des méthodes de pleine conscience risquent de détériorer la condition. Il ne faut pas oublier que la méditation est un entraînement mental actif. Et ici les mêmes règles fonctionnent que dans le sport: la charge doit être choisie en fonction de votre entraînement et, de préférence, sous la direction d’un professionnel.

« L’esprit n’a pas besoin de trouver quoi que ce soit, il a juste besoin d’être éclairci. »
Simone Weil

Il y a une autre erreur que font souvent les débutants. Ils croient que la pleine conscience changera instantanément leur vie. Mais la vie est changée par des actions, sans y penser. Peu importe ce que vous croyez – que la conscience détermine l’être, ou vice versa – dans tous les cas, la conscience et l’être sont inséparables l’un de l’autre. Le moine bouddhiste zen Tit Nath Khan a insisté sur ce point pendant la guerre du Vietnam. Il était sûr que les moines ne devraient pas rester dans les monastères pendant les bombardements. Ils devraient «rejoindre» la vraie vie et aider les gens en difficulté. «Nous devons connaître les vrais problèmes du monde. Ensuite, avec l’aide de la prise de conscience, nous comprendrons ce qui doit et ne doit pas être fait pour être bénéfique. « 

Au lieu d’une conclusion

Les pratiques spirituelles enrichissent nos vies si nous les pratiquons régulièrement et avec diligence, en écoutant nos sentiments et en ne suivant pas un modèle. Mais vous ne devriez pas vous attendre à des résultats immédiats ici. La méditation n’est pas une pilule magique ou une panacée pour toutes les difficultés de la vie. Cela n’aide pas à résoudre tous les problèmes relationnels et ne garantit pas l’illumination spirituelle. Ce n’est qu’un moyen de maintenir la santé mentale et l’immunité psychologique dans des conditions d’incertitude et de surcharge, qui sont aujourd’hui largement suffisantes. Mais l’outil est efficace et accessible à chacun de nous.

Photo: @ koty2

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *