in

Pourquoi avons-nous tant besoin de silence

Stillness

23 mai 2020

Nous avons l’habitude de penser au bruit de la ville comme à un arrière-plan discret de notre vie. Le bruissement des pneus, les bribes des conversations des autres, le grondement du matériel de construction, le crépitement, le bourdonnement, le cliquetis – tout cela se fond dans un grondement unique, indiscernable et persistant. Nous pouvons être distraits par un bruit soudain et fort, par exemple, la sirène d’une ambulance qui passe ou le cri fervent d’un garçon devant la fenêtre. Mais en général, nous sommes habitués à ne pas réagir à la vie polyphonique de la ville.

«Silence, vous êtes le meilleur de tout ce que vous avez entendu», a écrit Boris Pasternak. Depuis combien de temps écoutez-vous le silence? Un citadin moderne sans cacophonie de sons devient souvent mal à l’aise, et il essaie immédiatement de combler le vide qui s’est formé avec des paroles ou de la musique. Mais est-il avantageux d’écouter des podcasts pendant que vous courez? Devriez-vous vous précipiter dans les écouteurs pour écouter de la musique au lieu des sons de la nature? Voyons pourquoi vous devriez parfois opter pour le silence.

Pourquoi la «pollution sonore» est-elle dangereuse?

Le mot «bruit» vient du latin nausée, qui signifie nausée et douleur. En effet, la sensation de bruit obsessionnel peut être comparée à une douleur physique. C’est pourquoi, tout au long de son histoire, l’homme a tenté de la minimiser. Déjà en 44 avant JC. Jules César a publié un décret interdisant l’entrée de charrettes dans la ville la nuit – des roues en bois frappaient trop fort sur les trottoirs de pierre. L’infirmière britannique et militante sociale Florence Nightingale a qualifié le bruit de «forme la plus grave de négligence pouvant causer des souffrances aux personnes malades et en bonne santé». La science moderne confirme ces propos.

Les médecins associent les troubles du sommeil, de l’audition et cardiovasculaires à la «pollution sonore». Les psychologues tirent également la sonnette d’alarme: les stimuli acoustiques constamment présents en milieu urbain entraînent de nombreux problèmes psychologiques et augmentent le risque de dépression. Outre le fait que le bourdonnement anthropique interfère avec le travail ciblé, il provoque un certain nombre de perturbations dans la mémoire et l’attention. Maria Falikman dans son livre « Citizen » souligne qu’en raison du bruit obsessionnel, les gens font plus d’erreurs dans la résolution de problèmes, sont plus souvent distraits et se souviennent du contenu de ce qu’ils lisent le pire.

Le bruit est la forme la plus grave de négligence et peut causer de la détresse aux personnes malades et en bonne santé.

Des études montrent que les enfants obtiennent de moins bons résultats dans les écoles proches des aéroports ou des grandes autoroutes que dans les zones plus calmes. Et ce n’est pas seulement l’hypothèse évidente que le bruit interfère avec l’écoute des enfants. Dans un tel environnement, tous les processus cognitifs en souffrent. L’attention des élèves s’épuise plus rapidement, ils lisent plus lentement et abandonnent plus rapidement lorsqu’ils résolvent des problèmes créatifs. Le fait qu’une personne ne développe pas d ‘«immunité» contre la pollution sonore est particulièrement dangereuse – même si elle habite à proximité de l’aéroport depuis longtemps et, semble-t-il, y est habituée depuis longtemps.

Les stimuli sonores modifient également notre perception subjective de l’environnement. Si vous êtes hanté par la sensation d’une charge de travail incroyable, ce n’est pas du tout que 24 heures sont trop courtes pour une journée. «Dans un environnement bruyant, une personne a le sentiment de consacrer plus d’énergie à résoudre un problème urgent qu’en silence», explique Maria Falikman. Ajoutez à cela l’incroyable densité d’événements de la vie moderne, et vous avez une pression de temps persistante qui diminue notre créativité et notre esprit critique. Beaucoup d’entre nous essaient d’activer le mode « multitâche », par exemple en utilisant une activité parallèle pour lire des livres ou écouter des podcasts éducatifs. Mais, comme nous l’avons déjà découvert, il est presque impossible de se souvenir de quelque chose dans de telles conditions.

Immobilité

À la recherche du silence

Déjà au milieu du XIXe siècle, Charles Dickens se plaignait de l’environnement urbain trop bruyant: « Si seulement il n’y a pas de pluie battante dans la rue, alors vous n’aurez pas le temps de travailler même une demi-heure avant le début de la torture: des meules d’orgue, des coupletistes, des violons et des cloches! » Je me demande ce qu’il dirait des sons de la grande ville maintenant? Le monde qui nous entoure est densément rempli de bruits anthropiques provenant des rues, des voitures, des téléphones et d’autres moyens techniques, sans lesquels nous ne pouvons plus imaginer notre vie.

Est-il possible en général de se débarrasser de la cacophonie ennuyeuse des sons sans partir pour la forêt? Cette question a été posée par le professeur d’écologie Liam Henegan. Avec un groupe d’assistants, il a exploré les quartiers les plus calmes de Chicago – le refuge d’oiseaux de Montrose Point, l’étang nord et le cimetière. Ils ont enregistré tous les sons qui atteignaient leurs oreilles. Voici un court extrait des notes de terrain de Henegan: « Le bruissement des pneus de voiture, les klaxons de voiture, le bruit d’un avion volant, le silence est très bref, les bruits de la circulation, les bruits des trains, les sirènes des voitures reprennent. » Pendant 10 semaines de tels enregistrements, la période la plus longue sans intrusion de bruit anthropique n’a été que de 3 minutes 15 secondes. Il est peu probable que ce chiffre ait été sensiblement plus élevé pour Moscou.

Seul le silence a un effet relaxant sur le cerveau.

Il est important de comprendre que même les sons agréables à première vue peuvent être stressants. En étudiant les effets physiologiques de la musique sur le système nerveux, Luciano Bernardi a découvert que seul le silence peut avoir un effet relaxant sur le cerveau. L’écoute active de toute piste, même la plus calme, nécessite vigilance et concentration, tandis que l’absence de musique permet de ralentir le train des pensées et de calmer l’esprit.

Mais y a-t-il un silence absolu? Erling Kagge, auteur de Silence in an Age of Noise, raconte son expérience de réalisation du silence lors d’une expédition en solo de 50 jours au pôle Sud. «Chaque fois que je m’arrêtais pour une halte et que le vent se calmait, un silence assourdissant m’enveloppait. Même la neige semblait silencieuse dans le calme. Je suis devenu de plus en plus conscient de moi-même comme faisant partie du monde environnant.  » Tout le monde n’osera pas répéter une expérience aussi radicale. Que reste-t-il à ceux qui ne sont pas prêts à risquer leur vie pour un moment de silence?

Immobilité

Les bienfaits de la biophonie

L’expérience du silence est toujours subjective, la science n’est pas capable de la mesurer et de l’évaluer. Si vous ne prenez pas de cas extrêmes, comme celui ci-dessus, l’espace autour de nous sera toujours rempli d’une sorte de sons. Mais lesquels? Le bioacousticien américain Bernie Krause dans son livre « The Great Orchestra of Animals » divise tous les sons du monde en trois groupes. Il s’agit de l’anthrophonie (bruits générés par une personne), ainsi que de la biophonie et de la géophonie, des sons du monde animal et des éléments naturels non biologiques.

Le bruit nocif pour l’homme, mentionné au début de l’article, appartient à la première catégorie. La biophonie, au contraire, crée une atmosphère favorable à notre psyché. «En pleine mer, nous entendons le rugissement des vagues, dans la forêt – le murmure d’une source ou le bruissement des feuilles dans le vent… Un tel silence est réconfortant», écrit Erling Kagge. Des chercheurs suédois ont découvert que rester parmi les arbres favorise l’apaisement et que les sons naturels restaurent le corps après un stress psychologique.

Nous ne pouvons pas éviter le bruit anthropique, mais il est en notre pouvoir d’apprendre à créer de manière indépendante ces oasis de silence nécessaires pour nous-mêmes. Et vous n’avez pas besoin d’aller dans le désert ou de vous cacher au pôle Sud pour cela. «Lorsque vous vous asseyez devant un feu crépitant, nagez dans un lac forestier ou marchez dans une plaine, vous pouvez également ressentir le silence», rappelle Kegg. L’essentiel est de l’écouter, de le ressentir à l’intérieur de soi, d’éteindre le téléphone pendant un moment et d’un monologue interne agité. Parfois, tout ce dont nous avons besoin pour apprécier la beauté de la vie est un simple moment de silence. Comme dans le magnifique haïku de Matsuo Basho:

Ancien étang.
Une grenouille a sauté dans l’eau.
Splash en silence.

Photo: @photo_shapiev

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *