in

L’effet du yoga sur le cerveau: une autre raison de commencer à pratiquer

Yoga and brain

19 février 2020

L’histoire du yoga a ses racines dans l’ancienne civilisation indienne. Aujourd’hui, des milliers d’années plus tard, c’est l’une des pratiques de fitness les plus populaires au monde, y compris en Russie. Mais le yoga n’est pas simplement un autre ensemble d’exercices à la mode pour rester en forme. En plus de l’exercice physique, il comprend des pratiques de respiration et de méditation. Quelle que soit la direction du yoga que vous choisissez – du hakhta yoga avec une variété d’asanas à la kundalini, dans laquelle une attention particulière est accordée aux mantras – c’est toujours une approche holistique qui unit l’esprit et le corps.

Yoga et santé

L’effet de l’exercice physique d’intensité modérée (qui comprend le yoga) sur la santé humaine peut difficilement être surestimé. L’activité physique aide à garder les muscles tonifiés, augmente les niveaux d’énergie, abaisse la tension artérielle et diminue le risque de maladie cardiaque. Selon les scientifiques, la pratique régulière du yoga a également un effet positif sur l’état du système cardiovasculaire et réduit même le risque de développer un diabète de type II.

Les racines du yoga plongent profondément dans la philosophie de l’hindouisme. Initialement, cette pratique visait à atteindre un état spirituel exalté par une personne. Et c’est son principal avantage par rapport aux autres types d’activité physique: se concentrer sur le maintien de la santé mentale. La pratique régulière du yoga peut aider à réduire l’anxiété et affecter positivement le système nerveux sympathique, qui est responsable de la réponse du corps au stress. Le cortisol, une hormone du stress, supprime le système immunitaire et augmente la glycémie. Les pratiques méditatives utilisées pendant les cours de yoga réduisent le niveau de cette hormone, ce qui signifie qu’elles minimisent les dommages causés par les effets du stress sur le corps.

Yoga et cerveau

Yoga et capacités cognitives du cerveau

Les bienfaits du yoga pour la santé ne se limitent pas au développement de la flexibilité et à l’amélioration de l’humeur. Il a été scientifiquement prouvé qu’il améliore les performances cognitives du cerveau en augmentant la concentration et la vitesse de traitement. Donc, si vous commencez à remarquer que vous êtes moins concentré sur un travail important et que vous êtes constamment distrait par les médias sociaux, au lieu de vous réprimander pour la procrastination, il est préférable d’ajouter le yoga à votre emploi du temps quotidien.

Une nouvelle étude sur les effets du yoga sur le cerveau, publiée en décembre 2019 par des scientifiques du département de la santé publique de l’Illinois, a révélé une augmentation du volume de l’hippocampe chez les personnes qui pratiquent le yoga depuis au moins trois ans. Pourquoi c’est important? Le fait est que l’hippocampe est responsable de la mémoire à long terme et de la capacité d’apprentissage. Lorsqu’elle est endommagée, une personne perd la capacité de conserver des informations en mémoire et de les associer à des émotions positives ou négatives.

Ainsi, le yoga a un puissant potentiel dans la prévention de la maladie d’Alzheimer.

En outre, les scientifiques ont noté l’effet de la pratique régulière du yoga sur le développement de l’amygdale et du cortex préfrontal. Cela détermine à son tour la capacité d’une personne à gérer son temps, à planifier son avenir et à réfléchir de manière critique. Les auteurs de l’étude suggèrent que cela est dû au mécanisme de régulation émotionnelle, qui est à la base de la pratique du yoga.

Yoga et cerveau

Le yoga n’est pas seulement une belle éducation physique. En tant que pratique complexe pour améliorer le corps et l’esprit, elle a un effet global sur le corps humain. Le yoga favorise non seulement la santé globale, mais modifie également les structures cérébrales, améliorant la mémoire et la conscience émotionnelle. En d’autres termes, cela vous permet de maintenir des capacités cognitives élevées jusqu’à la vieillesse. Et c’est une bonne raison de planifier une autre pratique pour demain.

Photo: @evgeshayoga

Laisser un commentaire

Avatar

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *