in

La clé de l’harmonie intérieure : pourquoi apprendre l’art du pardon

3 avril 2021

L'art du pardon

Les situations de conflit font inévitablement partie des relations humaines. La question est de savoir comment les résoudre. Êtes-vous prêt à pardonner l’impolitesse et le manque de tact que notre adversaire s’est permis dans le feu de l’argumentation ? Excusons-nous un être cher pour un mensonge inoffensif ? Et si le mensonge était délibéré et délibéré ? La personne qui a trahi notre confiance mérite-t-elle le pardon ?

Pour certains, pardonner est synonyme d’être trop doux. Pour d’autres, au contraire, c’est un indicateur de courage. Quelqu’un n’est pas prêt à pardonner même une inattention banale. Et quelqu’un est capable de tendre la main de l’amitié aux personnes qui ont dépassé les limites de la loi.

Nous ne parlerons pas des aspects religieux du pardon. Après tout, la spiritualité est une question que chaque personne doit décider individuellement. Dans cet article, nous examinerons l’art du pardon uniquement sous l’aspect de la santé mentale. Et croyez-moi : la science psychologique a de quoi nous surprendre.

Qu'est-ce que le pardon

Qu’est-ce que le pardon

Tout d’abord, clarifions les concepts et dissipons les mythes. Vous pouvez souvent entendre que pardonner signifie oublier l’insulte infligée. Souvent, un signe égal est placé entre le pardon et la réconciliation. Les deux ne sont pas tout à fait vrais.

Selon les psychologues, essayer de nier, d’ignorer ou d’effacer une infraction est contre-productif. Cela a été confirmé par une étude menée par l’Université du Nord de l’Iowa auprès de femmes ayant subi un inceste dans l’enfance.

Le déni de ce qui s’est passé est une réaction défensive courante de la psyché humaine dans de tels cas. Mais ce n’est qu’en reconnaissant ce qui s’est passé, aussi terrible soit-il, que ces femmes ont pu se libérer du fardeau du passé et commencer à vivre pleinement. Leur expérience a montré que le pardon est un processus interne par lequel l’amertume et le ressentiment peuvent être transformés en compassion et en acceptation.

La réconciliation dans le cadre du pardon

Faut-il que le pardon sincère de la personne qui a causé la douleur soit renforcé par la réconciliation avec elle ? Pas du tout. La réalité est que parfois les gens ne sont pas pressés de se repentir de leurs actes. Et peu importe de quoi il s’agit : harcèlement à l’école ou tricherie.

Tout le monde n’est pas prêt à accepter la responsabilité de ce qui blesse quelqu’un d’autre. Cela signifie qu’il ne s’agit pas de restaurer des relations de confiance, qui sont essentiellement la réconciliation. Il est important de comprendre que le pardon est ce que vous faites pour vous-même pour augmenter votre résilience psychologique.

Vous pouvez pardonner à une personne, mais ne pas vouloir renouer avec elle.

Une telle décision est plus honnête qu’un pardon simulé, c’est-à-dire réconciliation avec ressentiment et colère dans le cœur. Cela ne conduit qu’à la suppression de la colère et à la formation d’un sentiment d’injustice. D’accord, ce n’est pas la meilleure base pour une relation saine.

Le pardon a pour but le maintien de l’harmonie spirituelle, et non l’approbation tacite de l’acte commis ou la permission de vous offenser à nouveau. Après tout, si une personne n’est pas responsable de ses actes répréhensibles, alors le pardon n’a ni sens ni valeur. « Lorsqu’une mauvaise action est commise », enseigne le Dalaï Lama, « nous devons l’arrêter. Mais nous avons un choix : ne pas être en colère contre celui qui commet cet acte, et ne pas le haïr. »

Avantages pour la santé du pardon

Un mot aux connaisseurs

Le lauréat du prix Nobel de la paix Nelson Mandela a dit un jour : « Être offensé et plein de ressentiment, c’est comme boire du poison dans l’espoir qu’il tuera vos ennemis. En effet, l’effet néfaste du ressentiment caché sur la santé humaine a longtemps été confirmé par la science. Physiquement, cela peut se manifester par une diminution de l’appétit, une lourdeur dans la poitrine ou des maux d’estomac. Il existe même des preuves que la colère et l’hostilité réprimées augmentent le risque de maladie coronarienne. Et ce n’est plus une blague.

La décision consciente d’abandonner le ressentiment, le jugement, la colère et le désir de vengeance a un véritable effet curatif sur le corps et l’esprit. Ceci est démontré par des recherches menées par des scientifiques de l’Université de Pise. Selon eux, la pratique du pardon réduit les niveaux de stress et active les zones du cerveau qui suppriment les réponses agressives spontanées. Alors que les rancunes de longue date ne font qu’approfondir les blessures émotionnelles, le pardon crée un sentiment subjectif de joie chez une personne et la rend objectivement plus gentille et plus calme.

Ces résultats sont corroborés par une étude récente du Harvard Social Science Institute, publiée en octobre 2021. Il dit que le pardon améliore le bien-être psychosocial et aide à faire face au stress chronique.

L’expérience de la professeure de psychologie Charlotte Whitweet a également démontré des résultats illustratifs. En invitant les volontaires à penser à leurs agresseurs et à donner libre cours à leur soif de vengeance, elle a enregistré une augmentation de la tension artérielle et une augmentation du rythme cardiaque. Lorsque les participants à l’expérience ont été invités à montrer de la sympathie pour le délinquant, leur performance est revenue à la normale.

Comment apprendre à pardonner

Pardon et estime de soi

Contrairement à la feinte réconciliation, le pardon aide également à restaurer l’estime de soi de la personne confrontée à l’injustice. Après tout, soyons honnêtes, souvent dans de telles situations, nous ne sommes pas en colère contre notre agresseur, mais contre nous-mêmes. Pour ne pas être capable de nous défendre, pour montrer notre faiblesse ou pour nous permettre d’être traités de cette façon.

La décision consciente de laisser aller la douleur a un véritable effet curatif sur le corps et l’esprit.

Selon Robert Enright, PhD et thérapeute du pardon, « Lorsque vous endurez ce qui vous est arrivé et répondez à la personne aimable qui vous a blessé, vous changez d’avis sur vous-même. » En d’autres termes, vous grandissez à vos propres yeux, augmentant votre estime de soi et formant une image de soi plus positive.

Comment apprendre à pardonner

La simple reconnaissance de la valeur du pardon pour notre bien-être mental ne fait pas de nous un gourou de la générosité. C’est une chose de pardonner à un petit ami inattentif qui a oublié un autre anniversaire. Surtout s’il a fait amende honorable avec un bouquet de fleurs. Et c’en est une autre de pardonner la trahison, la trahison ou la violence psychologique.

1/ Vue de côté

Où pouvons-nous avoir de la compassion pour une personne qui nous a délibérément blessés ? Et est-ce nécessaire si la demande de pardon n’a pas été suivie et que votre relation est terminée ?

Certainement nécessaire. Car sinon, l’indignation face à l’injustice, le mécontentement et le désir de se venger empoisonneront non seulement notre vie intérieure, mais affecteront certainement de nouvelles relations avec les autres. Tout en nourrissant notre ressentiment, nous devenons de plus en plus méfiants envers le monde et devenons amers. De plus, une focalisation excessive sur le rôle de la victime ne permet pas une évaluation objective de son rôle dans ce qui s’est passé.

Il ne s’agit pas du tout de tomber dans l’auto-accusation. Il s’agit plutôt de se concentrer moins sur qui a raison et qui a tort. Essayez d’analyser impartialement les raisons de ce qui s’est passé, et vous constaterez probablement que vous n’êtes pas confronté à une intention malveillante, mais à une pensée étroite, à l’ignorance ou à de mauvaises manières banales. Cela vaut-il la peine de s’énerver contre ça ? C’est plutôt une occasion de faire preuve de compassion et de noblesse d’esprit.

Comment apprendre à pardonner

2/ Réévaluation de la situation

Une autre voie vers le pardon consiste à réévaluer ce qui s’est passé. Aussi banal que cela puisse paraître, parfois ce qui nous semble être le pire des cas contient le potentiel de croissance spirituelle et de guérison d’anciens traumatismes. Et les gens qui nous blessent deviennent nos meilleurs professeurs.

Rappelez-vous les paroles de Lydia Chukovskaya selon lesquelles la santé morale « consiste à surmonter le chagrin, pas en son absence. Il n’y a de bêtise morale qu’en son absence ». Vous pouvez apprendre la générosité de ces personnes que vous avez autrefois blessées et qui ont trouvé la force de vous pardonner.

Et nos intimidateurs nous enseignent une grande leçon d’empathie. Après tout, apprendre à regarder la situation du point de vue d’une autre personne et essayer de comprendre ses sentiments n’est pas seulement possible en lisant des livres. Répondez honnêtement, comment vous comporteriez-vous si vous étiez à la place de votre agresseur ?

3/ Pratiques et rituels

Ne sous-estimez pas les pratiques de méditation, la thérapie écrite et toutes sortes de techniques. Vous pouvez écrire de longues lettres à vos agresseurs, en y déversant tous vos sentiments – et les brûler. Ou, au contraire, tenez un journal de gratitude pour apprendre à voir les aspects positifs de ce qui s’est passé.

La pratique du pardon peut être un outil puissant pour apporter des changements de qualité dans votre vie. Il est rarement facile de faire preuve de compassion et de générosité, mais il y a un potentiel caché en chacun de nous. L’essentiel est de se rappeler que le pardon est le seul moyen de se libérer du fardeau du passé. Et c’est aussi le moyen le plus efficace de faire face aux inévitables conflits qui existent dans la vie de chacun de nous.

Photo : @mimi_brune

Laisser un commentaire

Avatar

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *