in

Faim émotionnelle : comment reconnaître et surmonter

7 août 2021

Nutrition émotionnelle

À quelle fréquence passez-vous à la pâtisserie la plus proche pour prendre un dessert pour vous chouchouter à la fin d’une dure journée de travail ? Que faites-vous habituellement quand vous êtes triste ? Vous regardez votre émission de télévision préférée avec un seau de crème glacée à la main ?

Si de tels épisodes de votre vie se produisent avec une régularité enviable, il y a de quoi réfléchir. Il y a de fortes chances que vous utilisiez la nourriture pour faire face à vos émotions. Pour vous, la nourriture n’est pas que de la nourriture. C’est un havre de paix, à l’abri de toutes les difficultés et soucis d’une vie instable.

La science moderne a surnommé ce comportement manger émotionnel. C’est lui qui est soupçonné de l’inefficacité de toutes sortes de régimes. Les experts modernes travaillant sur l’obésité recherchent de plus en plus la racine du mal non pas dans les produits eux-mêmes, mais dans notre attitude trop émotionnelle à leur égard.

Pourquoi mange-t-on quand on est rassasié

Pourquoi mange-t-on quand on est rassasié

En 2018, des chercheurs néerlandais ont pu identifier les prérequis psychologiques pour une alimentation émotionnelle. Il s’avère qu’il y a trois raisons principales pour s’engager sur cette pente glissante. Incapacité à reconnaître les signaux corporels, alexithymie (incapacité à verbaliser les sentiments) et tendance à supprimer et à éviter les émotions. Ainsi, au lieu de vivre dans la tristesse, l’anxiété et la colère, un mangeur émotionnel les noie avec de la nourriture, souvent sans même s’en rendre compte.

La racine du problème, selon les scientifiques, devrait être recherchée dans l’enfance, car les relations avec la nourriture se forment même à l’âge préscolaire. Rappelez-vous comment votre grand-mère vous a réconforté? Peut-être qu’elle avait toujours des bonbons pour faire face à vos caprices ? Et comment les parents ont-ils loué? Par exemple, ils ont acheté un gâteau en l’honneur de la fin du trimestre avec d’excellentes notes. Malheureusement, à mesure que nous grandissons, nous continuons à considérer la nourriture comme notre meilleur ami, incapable de faire face aux difficultés ou de nous régaler d’une autre manière.

Et si un soulagement ponctuel du stress par la nourriture n’est pas dangereux, alors l’absorption émotionnelle quotidienne de la nourriture peut être un problème sérieux. De plus en plus, nous entendons que l’obésité devient une épidémie qui ne se limite pas aux adultes. En Russie, environ 20% des écoliers sont en surpoids.

A la recherche d’une solution optimale à ce problème, les chercheurs ne misent pas sur le brocoli au céleri. Ils notent qu’enseigner aux jeunes les compétences nécessaires pour réguler les émotions et reconnaître les signaux corporels peut être beaucoup plus efficace pour lutter contre la suralimentation.

Faim physique et émotionnel

Faim : réalisez et ressentez

Un habitant moderne d’une métropole mange souvent non pas à cause de la faim, mais selon un horaire (ou, pire encore, si nécessaire). Nos portions ne dépendent pas des besoins physiques, mais de la taille de l’assiette. Il n’est pas surprenant que nous ayons oublié comment entendre notre corps. Reprendre contact avec le corps et apprendre à bien distinguer la faim physique de la faim émotionnelle est le premier pas vers la normalisation de la nutrition.

Quelle est la différence fondamentale entre ces types de faim ? Le physique n’apparaît pas soudainement à la vue de quelque chose d’appétissant, mais grandit progressivement. Si vous avez vraiment faim, vous avez juste envie de manger : soupe, salade et sandwich feront l’affaire. Si la faim est émotionnelle, l’envie sera très précise : cette barre chocolatée, gardez la soupe pour vous. Une autre cloche de l’alimentation émotionnelle : vous vous sentez coupable après avoir mangé. En satisfaisant votre faim physique, vous vous sentirez calme et satisfait.

Ainsi, vous avez remarqué que vous succombez souvent à la faim émotionnelle. Comment y faire face si la volonté ne suffit plus ? Voici quelques astuces efficaces.

Comment gérer la faim émotionnelle

1/ Tenir un journal alimentaire

Simple mais efficace. Divisez la page en trois colonnes : dans la première, notez ce que vous avez mangé ; dans le second – en quelle quantité; dans le troisième, quels événements et émotions ont précédé le repas. Des enregistrements réguliers peuvent aider à identifier vos déclencheurs émotionnels.

Au fil du temps, vous verrez que vous attrapez le réfrigérateur dans les mêmes situations, lorsque vous êtes fatigué/nerveux/triste ou, au contraire, heureux. La clé est de découvrir votre déclencheur, puis d’apprendre à répondre à ces émotions de manière plus consciente. Une tranche de pizza grasse n’aide pas à l’épuisement physique. Fatigué – faites une pause. Si vous devenez nerveux, mettez-vous à la terre.

2/ Allongez-vous en shavasana

Si vous trouvez une anxiété inexpliquée, une surcharge sensorielle ou un épuisement émotionnel parmi les déclencheurs, shavasana vous aidera à faire face rapidement à la faim. Une couverture chaude et quinze minutes de temps libre suffisent.

Allongez-vous sur le dos, asseyez-vous librement et assurez-vous de vous mettre à couvert : pendant la pratique, la température corporelle baisse. Fermez les yeux et marchez mentalement tout votre corps, des orteils aux oreilles, en relaxant chaque cellule.

N’oubliez pas qu’une forte dose de chocolat n’a pas encore appris à soulager le stress. Dans cet état, la meilleure chose que vous puissiez faire est de déplacer votre attention de la nourriture vers le sentiment. Ne pas fuir les conséquences, mais s’attaquer à la cause, est un bon mantra pour gérer l’alimentation émotionnelle.

Vaincre la faim émotionnelle

3/ Ne pas exclure, mais ajouter

Au début, le refus de manger peut être difficile : on s’allonge en shavasana, mais l’habitude de se débarrasser de la fatigue avec des pâtisseries n’a pas disparu. Dans de tels moments, il est important de se passer de pressions et d’interdictions. Mieux vaut essayer la stratégie inverse.

Êtes-vous déterminé à manger ce gâteau? D’accord, mais que pouvez-vous faire d’autre pour vous sentir mieux ? Quels besoins avez-vous ? Peut-être qu’une promenade au grand air peut également vous aider à gérer l’anxiété. Ou appelez quelqu’un près de vous pour des mots d’encouragement. Quoi que ce soit, faites-le. Ensuite, mangez ce que vous voulez. Avec plaisir!

Ainsi, pour la cinquième, dixième ou vingtième fois, le lien « fatigué » s’effondrera, et vous aurez d’autres moyens de résoudre le problème sans avoir recours au contenu du réfrigérateur. L’essentiel est de ne pas se mettre la pression et de se rappeler : il faut du temps pour se reconstruire. C’est bon.

4/ Plus de joie

Parfois, l’appétit se joue en raison de l’ennui ou du manque d’émotions positives, car la nourriture est un moyen habituel d’améliorer l’humeur. Dans ce cas, pour satisfaire votre faim émotionnelle, pensez à ce qui vous rend heureux au quotidien. Si vous remarquez tristement qu’il n’y a rien d’autre, corrigez la situation de toute urgence.

Écrivez une liste des choses que vous aimez. Il peut s’agir de n’importe quoi, d’un bain d’huile chaude à une émission télévisée idiote en passant par la danse devant un miroir. Incluez 1 à 2 éléments de cette liste dans votre emploi du temps quotidien. Il y aura donc plus de bonheur dans la vie, et avec le temps vous n’aurez plus besoin de vous doper sous forme de chocolat.

Comme conclusion

Et surtout, rappelez-vous que quelle que soit notre relation avec la nourriture, nous avons tous parfois tendance à succomber à la faim émotionnelle. Qui n’a pas mangé un croissant de boulangerie frais simplement parce qu’il n’a pas pu résister à son arôme ? Vous réprimander pour cela est définitivement inefficace, sinon le sentiment de culpabilité voudra à nouveau s’emparer de quelque chose. Détendez-vous : moins de jugement, plus d’acceptation est la meilleure stratégie pour travailler sur vous-même.

Photo : @haveeyeon

Laisser un commentaire

Avatar

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *