in

Alexandre de Betac – le passé et l’avenir des défilés de mode

16 février 2021

Alexandre de Betac

«Mesdames et messieurs, veuillez vous asseoir, le spectacle est sur le point de commencer!» Sont les mots qu’Alexandre de Betac prononce invariablement avant le début de chaque spectacle grandiose. Il s’appelle « Fellini from Fashion » et le principal initié de l’industrie de la mode, qui préfère toujours rester dans l’ombre.

Il a inventé le podium Jacquemus, si aimé du public, parmi les champs de lavande et les épis de seigle, a réussi à organiser un défilé Dior sur la Place Rouge et a été l’un des premiers à se rendre compte que les défilés de mode nécessitent de sérieux changements.

Lorsque le producteur de défilés de mode a fait ses premiers pas dans l’industrie, il avait à peine 20 ans. Le Parisien énergique rêvait de devenir photographe et apprenait tout sur le pouce. Sans le savoir, il a inventé un nouveau métier. Et maintenant, 25 ans plus tard, Alexander compte plus de 1000 événements réussis, Betak: Fashion Show Revolution et trois équipes du Bureau Betak (à Shanghai, Paris et New York).

Alexandre de BetacJacquemus SS21 / @bureaubetak

La règle principale est l’absence de règles

Au début du travail sur le concept du spectacle, Betak fait face à une tâche ardue: créer un spectacle mémorable qui n’éclipse pas la collection elle-même. Elle doit aider à la comprendre, évoquer des émotions et rester en mémoire dans le cadre de l’histoire de la marque, et non comme une simple performance enchanteresse. Les créateurs eux-mêmes ont rarement une vision claire du spectacle. Le plus souvent, le mood board de la collection en devient une référence, et avec un scénario idéal, Betak obtient une totale liberté d’action.

Alexander note qu’il adore travailler avec de jeunes créateurs, car ils ne sont pas limités par des cadres et sont prêts à expérimenter. Par exemple, le défilé Jacquemus automne-hiver 2016 peut difficilement être qualifié de défilé de mode ordinaire. Il a été ouvert par le cousin de Jacquemus, qui a fait rouler une grosse boule de tissu rouge sur la scène. Un peu plus tard, Simon Port lui-même est apparu au public – pieds nus et menant un cheval blanc. C’était une véritable performance théâtrale, racontant le lourd choc émotionnel que le créateur avait vécu la veille.

Betak a un amour particulier pour les paysages urbains, qu’il utilise souvent comme scénographie pour des spectacles. Ainsi, en 2011, Mango a présenté sa collection au Centre Georges Pompidou. Les mannequins marchaient sur des tuyaux transparents et chaque passant de la rue pouvait les voir. La coopération à long terme du producteur avec les maisons de couture légendaires mérite une attention particulière. Il a transformé le défilé de la récente collection Saint Laurent en un spectacle nocturne grandiose au pied de la Tour Eiffel.

Moscou a également servi de toile de fond colorée au Français omniprésent. En 2013, Betak a installé un immense pavillon en miroir au milieu de la Place Rouge, à l’intérieur duquel se déroulait le défilé de la collection automne-hiver de Christian Dior. Trois ans plus tard, une structure tout aussi impressionnante a émergé dans la cour d’honneur du Louvre français. Une montagne de 400 000 fleurs de delphinium a accueilli le dernier spectacle de Raf Simons pour Dior. Cet événement est devenu vraiment historique et restera dans les mémoires même de ceux qui ne s’intéressent pas trop à la mode.

Alexandre de Betac

Jacquemus SS20 / @bureaubetak

Agenda environnemental

Les images de la piste Jacquemus de l’année dernière parmi les champs de lavande sont devenues virales. Tout ce qui était nécessaire pour le spectacle était un tapis rose vif, une rangée de bancs et plusieurs haut-parleurs. Les projecteurs ont été remplacés par le soleil – Betak a tout fait pour réduire l’impact négatif sur la nature. Pleinement conscient de la crise environnementale, il a souhaité fixer de nouvelles normes pour les événements.

« Je serais vraiment stupide si j’arrêtais de faire des défilés de mode, car j’ai l’opportunité de les faire différemment, donnant ainsi l’exemple aux autres. » Et Alexander le sert vraiment. En septembre dernier, il a animé le premier salon neutre en carbone pour Gabriela Hearst à New York, et a rapidement annoncé les 10 éco-commandements – une liste d’engagements qui garantira que tous les futurs spectacles de son agence auront un impact environnemental minimal.

Il s’agit notamment du recyclage des décorations, de l’utilisation d’énergie verte, de l’élimination des plastiques à usage unique et du tri des déchets. De plus, Bureau Betak est devenue la première grande société d’événements de mode à recevoir la certification ISO 20121 pour assurer un haut niveau de gestion d’événements en gérant les facteurs économiques, environnementaux et sociaux.

Alexandre de BetacGabriela Hearst SS21 / @bureaubetak

Impact des médias sociaux

Bien sûr, Alexandre de Betac a toujours suivi avec intérêt l’évolution du monde numérique. En 2000, il décide d’animer la première émission de l’émission Victoria’s Secret. Ensuite, Internet partout dans le monde ne pouvait littéralement pas résister à la tension et aux vagues d’intérêt public. Aujourd’hui, l’opportunité de regarder un spectacle de n’importe où dans le monde est monnaie courante, et sa diffusion sous différents angles et sur plusieurs plateformes Internet n’est pas un souhait personnel, mais littéralement le devoir des organisateurs de tout défilé de mode.

Lorsque l’opportunité de Stories est apparue sur Instagram, l’équipe de Betak a tenté d’adapter les impressions à leur durée. Désormais, tous les moments clés du spectacle ne devraient pas durer plus de 15 secondes. Une attention particulière est portée à la sortie finale des modèles. En surveillant de près les invités qui récupéraient les téléphones de leurs sacs à main, le producteur a commencé à prendre en compte le temps qu’il leur faudrait pour filmer le moment «Instagram».

Alexandre de BetacFendi Hommes FW21 / @bureaubetak

Invité du futur

Après les chocs de 2021, il est devenu clair pour tout le monde que le changement ne peut être évité. Mais Betak le savait et en parlait depuis longtemps. Selon le producteur, les émissions modernes devraient être à plus petite échelle, être orientées vers le public de l’autre côté de l’écran et ne pas être liées au calendrier des semaines de la mode. Malheureusement, pour en convaincre les rétrogrades à la mode, le monde a dû faire face à une pandémie et à un verrouillage mondial.

«Nous mettrons assez de temps à revenir à une vie normale», déclare Betak. Et cela s’avère être tout à fait raison. Malgré le fait qu’en septembre, les créateurs sont revenus au public avec de nouvelles collections, tout le monde n’a pas décidé d’organiser les défilés. Quelqu’un a fait un choix en faveur du défilé dans l’enregistrement et sans invités. Quelqu’un préférait le format des présentations en ligne. Et quelqu’un a complètement refusé de participer, déclarant qu’il adhérerait à son propre calendrier de publication des collections.

Malgré toutes les vicissitudes, Alexandre de Betac est convaincu que le format du traditionnel défilé de mode n’ira nulle part. De longs mois de quarantaine ont montré que les gens ont besoin d’interactions humaines et d’expériences de vie. Même lorsqu’ils regardent une émission en direct, il est important pour eux de comprendre que cela se produit réellement. «Si les salons changent, je suis heureux d’être l’organisateur de ces changements; être le protagoniste en eux. Il n’y a pas une goutte de nostalgie en moi. Je ne m’intéresse qu’à l’avenir et je veux qu’il arrive le plus tôt possible », résume Betak.

Photo: @stevebenisty

Laisser un commentaire

Avatar

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *