in

Tout dans le monde est intéressant, ou éloge de la curiosité

Curiosity

18 mars 2020

Les enfants n’ont pas besoin d’apprendre la curiosité: l’enfant moyen pose plus de questions en une journée que l’adulte moyen en une année entière. Pourquoi perdons-nous cette capacité à nous intéresser véritablement au monde qui nous entoure avec l’âge et à cesser de rechercher la connaissance? Comme le montre la recherche, l’ouverture aux nouvelles expériences diminue régulièrement avec l’âge, tandis que l’apathie, au contraire, augmente. C’est un fait triste, car aujourd’hui, selon l’écrivain Evgeny Vodolazkin, « devant le principal » pourquoi « et » pourquoi « nous sommes aussi impuissants que les gens du Moyen Âge ».

D’après les calculs du neuroscientifique Robert Sapolsky, auteur du livre Who Are We? Les gènes, notre corps, la société », à l’âge de trente-cinq ans, la plupart d’entre nous cessent de s’intéresser à la nouvelle musique, et à trente-neuf – à essayer des aliments inhabituels. Mais en vain! Même à l’âge adulte, de nouvelles recherches montrent que la curiosité est un élément important du bien-être psychologique global.

Curiosité

Histoire de curiosité

Dans l’histoire de la culture européenne, la «curiosité» a longtemps été considérée comme un trait répréhensible. Les origines de l’hostilité remontent à l’époque d’Aristote. Le philosophe partageait le désir de connaissances scientifiques, tout en condamnant ouvertement l’intérêt stupide. Les pères de l’Église ont également parlé des méfaits de l’omniscience: comme vous le savez, la passion de la connaissance mène à la Chute. Dans les écrits de Descartes et Montaigne, la curiosité est assimilée à l’orgueil et condamnée. Mais depuis le milieu du XVIe siècle, lorsque les textes des voyageurs et les découvertes scientifiques ont eu une grande influence sur l’esprit des gens, l’attitude envers la «curiosité» a changé.

Donc déjà dans le dictionnaire étymologique de la langue espagnole de 1611, ce mot est défini de manière plutôt neutre. Il décrit une personne qui montre un intérêt et une attention particuliers pour quelque chose. Le grand lexicographe espagnol Covarrubias relie la curiosité au phénomène lorsqu’une personne «demande tout le temps« Pourquoi est-ce et pourquoi est-ce? »». Mais selon les biologistes, la curiosité est une manifestation du réflexe d’orientation. Le cerveau analyse en permanence les informations provenant des organes de la vue et de l’ouïe, et s’il constate des changements, il y réagit avec une expression d’intérêt. Sous cette forme, la curiosité est inhérente même aux poissons: si vous frappez sur le verre de l’aquarium, ils se retourneront certainement pour s’assurer que rien ne les menace.

La curiosité est un élément essentiel du bien-être psychologique global.

Mais pour une personne, une telle curiosité ne se limite pas à une réaction purement réflexe à un stimulus. Selon Todd Cashdan, professeur de psychologie à l’Université George Mason, la curiosité implique cinq «dimensions». Le premier qu’il appelle «exploration joyeuse» est la recherche de nouvelles connaissances et informations. Les deuxième et troisième sont liés au niveau de concentration et à la capacité de résister au stress généré par la nouvelle situation. Que ce soit votre premier jour de travail ou votre première séance d’entraînement au gymnase, plus vous suscitez d’intérêt, plus votre niveau de stress et d’anxiété est faible. La quatrième dimension est la recherche de sensations fortes. Notre niveau de curiosité détermine à quel point nous sommes prêts à prendre des risques, financièrement ou personnellement, que nous lançions une startup ou que nous pratiquions des sports extrêmes. La cinquième dimension est notre intérêt pour les opinions des autres. La curiosité nous rend plus sociaux.

Curiosité

Les bienfaits de la curiosité

L’intérêt pour de nouvelles informations et expériences est fondamental pour la motivation et la réussite de l’apprentissage. Ceci est démontré par les résultats d’une étude récente menée par des psychologues de l’Université du Michigan avec la participation de 6 000 élèves du primaire. Tout d’abord, en interrogeant leurs parents, les scientifiques ont déterminé le niveau de curiosité des enfants, puis les ont testés en lecture et en mathématiques. Les enfants curieux obtiennent de bien meilleurs résultats que leurs pairs moins avides de nouvelles connaissances.

Mais la curiosité n’est pas seulement utile pour les jeunes étudiants. Un haut niveau de curiosité protège les adultes des troubles cognitifs et favorise le bien-être émotionnel. Les personnes qui entretiennent un vif intérêt pour les nouvelles informations et qui n’arrêtent pas d’apprendre réussissent mieux aux tests de mémoire et sont moins susceptibles de souffrir de dépression. Et récemment, des scientifiques ont découvert que l’apprentissage de nouvelles compétences rajeunissait littéralement le cerveau! Ils ont suggéré que les volontaires plus âgés apprennent à jongler, et par conséquent, le volume de matière grise dans l’hippocampe des jongleurs nouvellement frappés a augmenté. En conséquence, il y a moins de risque de démence et un arrière-plan émotionnel plus uniforme. Et les petits-enfants étaient ravis.

Un haut niveau de curiosité protège les adultes des troubles cognitifs.

Il existe également un lien certain entre la curiosité et les sentiments subjectifs de bonheur. Une étude de David M. Lydon-Staley, PhD en bio-ingénierie de l’Université de Pennsylvanie aux États-Unis, a révélé que les jours où les gens se sentent heureux, ils ont tendance à être plus curieux. «Les émotions positives nous stimulent à faire des choses que nous ne faisons généralement pas», explique le médecin. En même temps, la curiosité nous aide à acquérir de nouvelles compétences et à construire des relations, ce qui à son tour enrichit notre vie et notre vision du monde plus optimiste.

Curiosité

Pouvez-vous devenir plus curieux

À mesure que nous vieillissons, il devient plus difficile pour nous d’absorber les informations et de sortir des sentiers battus. Mais le cerveau humain est capable de créer de nouvelles connexions neuronales tout au long de la vie, ce qui signifie qu’il n’est jamais trop tard pour développer la curiosité. De plus, la science connaît de nombreuses façons d’y parvenir. Une étude menée par Leadon-Staley a montré que l’exercice favorise la curiosité car ils améliorent votre humeur. Todd Kashdan soutient que notre intérêt pour les nouvelles choses est alimenté par des relations étroites. Des amitiés solides et une famille sur laquelle vous pouvez compter permettent à une personne d’explorer le monde avec plus d’audace. Sans le soutien de nos proches, nous avons tendance à choisir la monotonie et avons peur de prendre des risques.

« Si vous regardez le monde avec les yeux et l’âme ouverts, tout dans le monde peut être intéressant. »
Agnès Varda

Le psychologue Dean Keith Simonton souligne que le déclin de la curiosité n’est pas tant déterminé par l’âge d’une personne, mais par la durée de son travail dans un domaine. Si nous faisons la même chose depuis 20 ans, rien ne peut nous surprendre. Le sens de la nouveauté stimule notre cerveau, c’est pourquoi les scientifiques qui changent périodiquement de sujet de recherche sont plus curieux de leur recherche scientifique.

Lieux inexplorés, connaissances intéressantes, situations inattendues, nouvelles connaissances – tout cela ramène partiellement l’esprit à un état d’ouverture sincère de la jeunesse. Craignant tout ce qui est nouveau, rétrécissant l’angle de vue et préférant la monotonie, nous appauvrissons notre personnalité. Mais la curiosité et les nouvelles expériences qui le nourrissent peuvent ouvrir la voie à une vie plus riche et plus heureuse. Comme l’a dit la réalisatrice Agnes Varda: « Si vous regardez le monde avec les yeux et l’âme ouverts, tout dans le monde peut être intéressant. »

Photo: Marina Denisova, Anna Rosa Krau

Laisser un commentaire

Avatar

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *