in

Six mauvaises habitudes qui endommagent notre cerveau

main-logo

25 juin 2020

Tatiana Chernigovskaya ne se lasse pas de répéter que l’une des principales préoccupations d’une personne est de prendre soin de son propre cerveau. Ce qui est de … le charger. «Le travail acharné du cerveau est une médecine», est convaincu le neurolinguiste. Il semblerait que charger la tête aujourd’hui soit aussi facile que de décortiquer des poires, mais il y a un hic ici. Toutes les technologies modernes ne facilitent pas la vie et ne nous rendent pas plus productifs. Selon les experts, l’habitude de commencer la journée en lisant le fil d’actualité et la tendance au multitâche ralentit le cerveau et réduit notre efficacité.

Depuis les années 1930, grâce à l’amélioration des conditions de vie et à un meilleur accès à l’éducation, les niveaux de QI ont progressivement augmenté dans le monde. Mais au cours de la dernière décennie, notre intelligence collective a non seulement ralenti sa croissance, mais a également montré une tendance à la baisse. Pourquoi cela se produit-il, parce que nous sommes maintenant plus proches de toutes les sources de connaissances que jamais? Tout dépend des caractéristiques du mode de vie moderne qui nuisent à notre cerveau.

Dessin dHenri Laurens « Tête de femme » (1917)

1 / Multitâche

Nous écoutons des podcasts éducatifs pendant que nous travaillons et vérifions nos courriels de travail au déjeuner. Nous nous efforçons de faire le plus possible avec moins d’efforts et essayons de gagner du temps en combinant l’utile avec l’utile. L’économiste britannique Guy Standing utilise le néologisme «multitâche» pour décrire ce style de vie: nous nous efforçons littéralement de tout faire. Mais nos cerveaux ne sont pas conçus pour fonctionner dans ces conditions.

Les personnes qui résolvent plusieurs questions à la fois ont du mal à se concentrer sur une seule et à couper les informations distrayantes. Le sujet n’est retenu que lorsqu’il a été soigneusement réfléchi. Mais tout en résolvant un grand nombre de tâches, il est tout simplement impossible de bien réfléchir à quoi que ce soit. C’est pourquoi l’habitude de faire plusieurs choses en même temps non seulement n’augmente pas la productivité, mais au contraire réduit notre productivité, distrayant l’attention et surchargeant le cerveau. Une étude réalisée en 2005 par le célèbre psychologue britannique Glen Wilson en est un bon exemple. Il a constaté qu’avoir un e-mail non lu nous distrait tellement du travail complexe ou créatif que notre niveau de QI risque de chuter de 10 points!

«Le multitâche est une illusion», insiste Earl Miller, neuroscientifique à l’Université du Massachusetts. Nous ne résolvons pas les problèmes « en même temps », nous passons simplement rapidement d’une tâche à une autre. Cette approche réduit notre capacité à penser de manière créative, avec pour résultat que nous pensons de plus en plus stéréotypées et superficielles. Travailler dans des conditions multitâches augmente également les niveaux de cortisol et d’adrénaline, l’hormone du stress, ce qui peut entraîner un désordre mental et une usure du système cardiovasculaire.

2 / Restauration rapide

L’accélération du rythme de vie se reflète dans nos habitudes alimentaires. Nous commençons la matinée avec un petit déjeuner prêt-à-manger. Pour gagner du temps, nous prenons une collation pendant la journée sur le pouce ou au travail. Nous achetons souvent des produits semi-finis pour le dîner, car nous sommes trop fatigués pour cuisiner. Tout le monde sait à quel point la restauration rapide est mauvaise pour une belle silhouette. Mais saviez-vous que les habitudes de grignotage peuvent également affecter négativement votre cerveau?

Les scientifiques ont prouvé que le soi-disant «régime occidental» riche en graisses saturées, en sucres simples, en sel, en viande rouge et en aliments transformés conduit à une altération de la mémoire à court terme et à des troubles cognitifs subtils. À long terme, cela contribue au développement du diabète et de l’obésité, facteurs de risque de développement de la démence. En effet, nos habitudes alimentaires se reflètent dans l’hippocampe, la région du cerveau responsable de la mémoire. Donc, dans un effort pour gagner du temps sur des menus sains et des repas sains, vous courez le risque de perdre quelque chose de beaucoup plus précieux. Et nous ne parlons pas du tout d’une taille fine.

3 / Mode de vie sédentaire

Tout comme une mauvaise alimentation, le manque d’activité physique est néfaste non seulement pour la silhouette, mais aussi pour la santé du cerveau. Des scientifiques de l’Université de Liverpool ont découvert un lien entre les modes de vie sédentaires et le déclin cognitif. Le problème est que rester dans la même position pendant une longue période réduit le flux sanguin vers le cerveau, ce qui signifie qu’il réduit l’apport de nutriments et d’oxygène qui sont nécessaires pour qu’il fonctionne efficacement. «Être assis devant un moniteur pendant des heures conduit à une incapacité à se concentrer et à résoudre des problèmes et des problèmes complexes», souligne l’économiste Guy Standing.

Une étude de l’Université de Californie a révélé qu’un mode de vie sédentaire peut même augmenter le risque de développer la maladie d’Alzheimer. Il s’avère que le manque d’activité, couplé à un travail sédentaire, conduit à un amincissement du lobe temporal médial, qui joue un rôle important dans la formation de la mémoire à court terme. Mais il y a une issue! L’exercice régulier améliore la fonction cérébrale en l’oxygénant et en stimulant la production de dopamine.

Henri Laurens « Femme accroupie » (1928)

4 / Surapprovisionnement d’informations

En essayant de suivre le flux infini d’informations qui nous tombent de tous côtés, nous arrêtons de nous y plonger et ne lisons que des faits superficiels. Même si vous ne le sentez pas, une surabondance de contenus variés est stressante pour le cerveau. La surcharge d’informations est l’un des irritants les plus importants de la vie moderne et conduit à la soi-disant pensée clip – fragmentée et dépourvue de criticité. Dans de telles conditions, il nous devient de plus en plus difficile de raisonner logiquement, de chercher des moyens nouveaux et inattendus de résoudre des problèmes, de rester longtemps concentrés sur un sujet.

Disposer d’informations illimitées 24h / 24 et 7j / 7 au travail, sur la route et à la maison est à la fois une bénédiction et une malédiction pour la société moderne. La possibilité de tout faire sur Google à tout moment conduit au fait que nous cessons tout simplement de nous fier à la mémoire. Une étude de l’Université Columbia a montré que nous n’essayons même plus de mémoriser des informations importantes. Nous nous rappelons plutôt comment le trouver. Malheureusement, cela conduit souvent au fait que notre confiance en soi et notre niveau d’érudition dépendent directement de la qualité de la connexion Internet.

Mais ce n’est pas tout: des scientifiques de l’Université Zao Tong de Shanghai ont découvert que la dépendance à Internet entraînait des anomalies dans la matière grise du cerveau. Alors le désir de se tenir au courant de toute l’actualité peut nous jouer une cruelle blague: une surabondance d’informations conduit à une détérioration de la capacité à prioriser et à gérer les impulsions. Pour «décharger» votre cerveau, filtrez soigneusement les informations qui vous parviennent au cours de la journée. Il est peut-être temps de revoir vos abonnements Facebook et Instagram et de supprimer de la liste les comptes que vous n’avez jamais eu le temps de lire attentivement?

5 / Communication en ligne

À l’ère des médias sociaux, il n’est pas surprenant que nous préférions de plus en plus la communication en ligne aux vraies réunions. Cela vous fait gagner du temps et vous permet de maintenir plus de liens sociaux. Nous sommes en contact 24h / 24 et 7j / 7, nous avons de nombreux amis partout dans le monde, et il nous semble que nous en savons trop sur la vie de nos amis. En fait, la personne moderne a de moins en moins de relations de confiance et de proximité dans la vraie vie. Ses connexions sont subtiles et superficielles. Cela peut à son tour conduire à des sentiments de solitude et de dépression, ce qui peut affecter négativement les performances mentales.

Les experts estiment que plus nous passons de temps sur les réseaux sociaux, plus notre niveau d’anxiété est élevé. Dans certains cas, la dépendance à Internet nuit à notre capacité à reconnaître les signaux émotionnels non verbaux et à faire preuve d’empathie.

En revanche, la communication en face à face est bonne pour le cerveau. Des scientifiques de l’Université du Michigan ont découvert que seulement 10 minutes de conversation engageante amélioraient la mémoire et les capacités cognitives. L’auteur principal de l’étude, Oscar Ibarra, a souligné que la socialisation est aussi bénéfique pour l’acuité mentale que les formes traditionnelles d’exercice mental, qu’il s’agisse de tâches intellectuelles ou de résolution de mots croisés.

Henri Laurens « Dialogues » (1951)

6 / Manque de sommeil

Nous sous-estimons souvent le rôle d’un sommeil sain dans nos vies, et nous n’hésitons donc pas à le sacrifier, non seulement pour le travail ou l’école, mais aussi pour des fêtes ou une nouvelle série télévisée. Matt Walker, professeur de neurosciences à l’Université de Californie et directeur du Center for Human Sleep Science, déclare: «Le sommeil est notre système de survie … Il régénère le cerveau en développant sa capacité à apprendre, reconfigure les circuits émotionnels afin que nous peut interagir de manière adéquate dans la société, nous inspire sur la créativité et neutralise les souvenirs désagréables.  » Beaucoup déjà, non?

De plus, le sommeil est une condition préalable à l’apprentissage: sans lui, les circuits de mémoire débordent et le cerveau cesse d’absorber de nouvelles informations. Matt Walker cite l’exemple d’une expérience dans laquelle on a demandé à un groupe d’étudiants après une nuit blanche de mémoriser un certain nombre de faits. Il s’est avéré que leur capacité à mémoriser est 40% inférieure à celle des participants du groupe témoin, qui ont bien dormi la veille. Comme le montrent les résultats de l’IRM, cela est dû à la diminution de l’activité de l’hypothalamus. Une baisse de la qualité du sommeil, et surtout une réduction de la phase de sommeil profond, au cours de laquelle l’information passe de la mémoire à court terme à la mémoire à long terme, peut augmenter le risque de maladie d’Alzheimer.

Épilogue

Huit heures de sommeil sain, d’activité physique, une vraie communication avec ses proches, et non son substitut électronique, et une alimentation saine n’est pas un luxe, mais les besoins naturels de notre corps. Le cerveau humain ne peut tout simplement pas suivre notre vitesse de vie et notre technologie moderne, c’est pourquoi il est si important d’apprendre à ralentir et à s’écouter soi-même. Pour augmenter votre efficacité, vous ne devez pas bombarder le cerveau d’informations, mais au contraire le décharger et vous donner le temps de récupérer. Et les e-mails non lus dans votre boîte de réception peuvent attendre.

Art: Henri Laurens « Tête de boxeur » (1920, fonte 1921)

Laisser un commentaire

Avatar

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *