in

Prévention de la démence: il n’est jamais tôt

Daphne Selfe

2 mars 2020

Qui veut parler de démence à 20 ans? La perte des capacités cognitives chez les personnes âgées est également peu intéressante pour la plupart des 30 et 40 ans. Cependant, il est important de comprendre que le maintien de la clarté d’esprit quelque temps plus tard est directement influencé par nos habitudes d’aujourd’hui. De plus, 9% des personnes avec ce diagnostic, selon l’OMS, ont moins de 65 ans. Il s’avère que vous pouvez tomber malade avant même le début de la vieillesse.

Un mode de vie sain n’est pas seulement un moyen efficace de se maintenir en bonne forme physique, mais aussi une opportunité de prévenir la détérioration des fonctions cognitives. De nouvelles recherches sur la santé confirment que plus tôt nous commençons à penser à la santé de notre système cardiovasculaire et à une bonne nutrition, plus grandes sont les chances de maintenir la clarté d’esprit jusqu’à la vieillesse. Il n’est pas exagéré de dire que beaucoup dépend de nous-mêmes et qu’il n’est jamais trop tôt pour faire de la prévention.

Quelques mots sur la démence

La démence est une baisse persistante des performances cognitives chez les personnes âgées associée à des troubles de la pensée et de la mémoire. Selon l’Organisation mondiale de la santé, plus de 10 millions de nouveaux cas de la maladie sont enregistrés chaque année, et ce chiffre triplera d’ici 2050. Et bien que l’âge soit le facteur connu le plus important dans le développement de cette maladie, il est loin d’être le seul. «La démence n’est pas une conséquence naturelle et inévitable du vieillissement», souligne l’OMS, s’appuyant sur les dernières recherches.

Perdre la capacité de penser clairement n’est pas quelque chose qui se produit soudainement. Les signes psychophysiques de la maladie apparaissent 15 à 20 ans avant l’apparition des premiers symptômes cliniques. Par conséquent, il est si important de penser à ce problème à un jeune âge, en essayant de minimiser les facteurs de risque.

Twyla tharp par annie liebovitz

Facteurs de risque

Une vaste étude de 25 ans menée par un groupe de scientifiques du monde entier a révélé une relation entre l’état du système cardiovasculaire à un jeune âge et le risque de développer une démence chez les personnes âgées. Pour cela, les données sur l’état de santé de 7899 personnes ont été étudiées selon sept critères: la présence de mauvaises habitudes, comme le tabagisme, l’alimentation, l’activité physique, l’indice de masse corporelle, les taux de sucre et de cholestérol dans le sang et la pression artérielle.

Tous les participants ont été divisés en trois groupes: santé cardiovasculaire mauvaise, modérée et optimale. Lors du suivi, 347 cas de démence ont été signalés. Il s’est avéré que les personnes interrogées dont l’état était initialement jugé « mauvais » souffraient de la maladie deux fois plus souvent. Mais les scientifiques sont optimistes: « Même de petites améliorations des facteurs de risque cardiovasculaire seront bénéfiques pour la santé cognitive. »

Ces résultats sont également étayés par d’autres études. Par exemple, des scientifiques de l’Université Johns Hopkins ont découvert que l’hypertension artérielle augmentait de 39% le risque de développer la maladie. Mais l’un des facteurs de risque les plus évidents est l’alcoolisme. Boire trois boissons alcoolisées ou plus par semaine augmente de 57% le risque de démence après 65 ans. Une autre raison de se demander si vous aimez autant le pinot noir?

Alors, que pouvez-vous faire maintenant pour éviter les troubles cognitifs chez les personnes âgées?

diète méditerranéenne

Les experts conseillent un régime méditerranéen non seulement pour maintenir un poids optimal mais aussi pour la santé du cerveau. En raison de la teneur élevée en légumes et fruits frais dans le menu, ainsi que des quantités modérées de viande et de lait, un tel régime réduit considérablement le risque de maladie d’Alzheimer. Le régime doit contenir des aliments riches en vitamines C, E et B-12, des flavonoïdes, des carotènes et des acides gras polyinsaturés (fruits de mer, huile d’olive et de lin, quinoa, fromage, épinards, noix). Il vaut mieux éviter la farine blanche, le sucre raffiné et les viandes transformées.

Esprit sain

Activité physique

Les bienfaits pour la santé de l’exercice et d’un mode de vie actif sont indéniables, mais l’impact du sport sur la fonction cérébrale est tout aussi important. Même une simple marche (à partir de 2,5 heures par semaine) améliore les fonctions cognitives. Toute activité physique contribue à votre avenir en bonne santé, car elle augmente la neuroplasticité du cerveau, stimule la formation de nouvelles connexions neuronales et améliore la concentration. De plus, l’exercice régulier peut aider à réduire le niveau de stress et à favoriser un sommeil sain. Quoique indirectement, mais tout cela a également un effet positif sur le travail du cerveau.

Recommandations supplémentaires

L’étape la plus importante vers une mémoire saine est d’arrêter de fumer et de boire de l’alcool, aussi banal que cela puisse paraître. En outre, pour réduire le risque de développer une démence, l’OMS recommande de surveiller les taux de cholestérol, l’indice de masse corporelle et la tension artérielle. En un mot, tout ce qui peut nuire à l’état du système cardiovasculaire affecte en fin de compte nos capacités cognitives. Nous nous en souviendrons nous-mêmes et le rappellerons à nos parents.

Photo: Alistair Guy, @happyskinkitchen, Annie Liebovitz

Laisser un commentaire

Avatar

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *