in

Hanami – l’art utile de l’observation des fleurs

Hanami

16 juin 2020

Avez-vous déjà admiré les fleurs de sakura? Regarder les pétales roses les plus minces trembler au vent, respirer leur arôme parfumé? Le fait que pour beaucoup d’entre nous ne devienne souvent qu’une excuse pour prendre un selfie a été une partie importante de la culture et de la vie au Pays du Soleil Levant depuis l’Antiquité. Ce n’est pas pour rien que dans les médias japonais, l’actualité du passage du «front des cerisiers en fleurs» chaque printemps devient presque la plus populaire du pays.

Sakura fleurit rapidement: après une semaine et par mauvais temps – après 5 jours, les pétales tombent. Afin de ne pas manquer le phénomène de la nature si belle dans sa fugacité, les Japonais organisent un hanami – un séjour de fleurs admiratives. Ce ne sont pas que des pique-niques en famille avec du saké et des collations dans des jardins enfouis dans des nuages ​​roses. C’est une tradition importante pour tous les Japonais, qui rappelle le caractère éphémère de la vie, vous permettant de « ralentir », de réfléchir et de profiter de la beauté du monde qui vous entoure.

L’observation de Sakura est peut-être la plus célèbre en dehors du pays, mais loin d’être le seul rituel de hanami au Japon. Pas moins d’attention est accordée à la tradition momijigari, dédiée à la beauté du feuillage cramoisi des érables d’automne. Il existe des khans de glycine, de muguet, de tournesol, dont la floraison est également rapportée dans les journaux locaux. Malheureusement, une telle attitude attentive à chaque changement saisonnier de la nature est étrangère aux citadins modernes. Voyons pourquoi comprendre l’art ancien de contempler les fleurs et comment le faire correctement.

Hanami

De l’histoire de la tradition

Les origines de cette belle tradition printanière remontent au 3ème siècle. Certes, tout a commencé non pas avec le sakura, mais avec une prune de montagne, importée de Chine au Japon. Pour la société éduquée de l’époque, la culture chinoise était un modèle. Et ume fleurit avant tous les autres arbres. C’est donc longtemps elle qui est devenue le symbole du printemps et du renouveau de la vie.

Mais déjà dans la période Heian (794-1192), le sakura sauvage est devenu l’arbre de printemps préféré des Japonais. Les pique-niques de printemps font désormais partie de la vie de l’aristocratie. Les poètes et les artistes ont vu dans les pétales de rose gracieux et fragiles une métaphore du destin humain, car il est aussi inconstant et éphémère. D’ailleurs, c’est précisément en raison de ses propriétés uniques que le sakura est devenu un symbole du samouraï: la plante fleurit violemment, mais pendant très peu de temps, et ses pétales tombent encore frais.

« Pour vivre, il faut le soleil, la liberté et une petite fleur. »
Hans Christian Andersen

Au fil du temps, les paysans ont commencé à célébrer la fête. L’apparition des premières fleurs de sakura a servi de signal pour commencer la plantation. Dans chaque village poussaient nécessairement plusieurs arbres, auxquels des offrandes rituelles étaient faites. Hanami est mentionné dans le roman japonais classique du 11ème siècle « The Tale of Genji », ce qui signifie qu’à ce moment-là, il était déjà fermement entré dans la culture.

Sept siècles plus tard, après la chute du pouvoir des shoguns, la sakura était considérée comme un symbole de la féodalité, dont il fut décidé de se débarrasser immédiatement. Mais la tradition d’admirer les fleurs a survécu même à l’abattage généralisé de ces beaux arbres. Après tout, la poésie et la beauté sont au-dessus de tout conflit politique.

Hanami

Ce que dit la science

Mais le point n’est pas seulement dans la perception poétique de la beauté. Contempler les fleurs a des avantages pour la santé scientifiquement prouvés. C’est l’un des moyens les plus simples et disponibles pour chacun de nous d’augmenter l’activité du système nerveux parasympathique – c’est-à-dire anti-stress. Beaucoup de gens remarquent que la vie en ville est épuisante, tandis que dans la nature, au contraire, nous sommes comblés et nous nous sentons plus énergiques. Comme le montrent les résultats de nombreuses études, le contact avec la nature réduit non seulement le stress, mais stimule également le système immunitaire. Ainsi, des promenades régulières dans un jardin fleuri ou une forêt d’automne peuvent vous éviter le surmenage émotionnel et les rhumes fréquents.

Et si vous n’avez pas l’occasion de sortir régulièrement dans la nature, les fleurs viendront à la rescousse. Quelques minutes passées dans une contemplation calme réduiront votre rythme cardiaque et réduiront le stress sur votre système cardiovasculaire. Ce n’est pas pour rien que Nikola Tesla a déclaré que «la beauté et l’odeur d’une rose peuvent être utilisées comme médicament». Ce n’est pas seulement une métaphore poétique: l’inhalation d’huile essentielle de rose a été scientifiquement prouvée pour accélérer la cicatrisation des plaies et réduire les taux de cortisol dans le sang.

«En étudiant l’art des Japonais, nous sentons invariablement dans leurs choses un philosophe intelligent, un sage qui passe du temps – sur quoi? Pour mesurer la distance de la Terre à la Lune? Une analyse des politiques de Bismarck? Non, contemplant juste un brin d’herbe. « 
Vincent Van Gogh

«Récemment, j’ai pu cueillir un nénuphar blanc», a écrit Henry Thoreau. – Ce lys est un symbole de pureté … Comme son parfum confirme nos espérances! Grâce à elle, je ne désespérerai pas si tôt dans le monde … »Il n’y a pas de preuves scientifiques sur les lis, mais l’odeur d’une rose, selon les scientifiques, est vraiment capable de réduire les symptômes de la dépression. Mais la rose est loin d’être la seule de la liste des fleurs à avoir un effet positif sur notre santé mentale. Les scientifiques n’ont même pas ignoré les pensées, qui ont un effet similaire sur nous.

La nature elle-même nous donne un moyen de nous sauver des problèmes de la vie high-tech – efficace et absolument gratuit. Il suffit de s’arrêter une minute, de quitter le smartphone des yeux et de remplir nos poumons d’arômes capiteux de fleurs.

Hanami

Hanami dans nos vies

La capacité d’apprécier et d’apprécier la beauté n’est pas une qualité innée ou une compétence qui peut être maîtrisée une fois pour toutes, en suivant des instructions claires. Tournons-nous vers l’expérience des Japonais: ils développent un goût esthétique sur la base de deux positions, souvent étrangères au style de pensée occidental. D’une part, c’est le respect des phénomènes naturels. D’autre part, il y a la poésie de la changeabilité, l’acceptation de la fragilité de la beauté, sa nature «insaisissable».

Dans la langue japonaise, il y a le concept «mujo no bi», signifiant «la beauté du départ», une esthétique qui disparaît sous nos yeux. Vous pouvez le sentir en regardant le soleil disparaître derrière l’horizon ou le vent emportant les feuilles d’automne. La beauté ne peut être contenue. Aucune photographie ne transmettra pleinement l’esthétique des fleurs de cerisier. Après tout, le plaisir de la floraison se compose de nombreux éléments, lorsque l’esthétique visuelle peut être prédominante, mais certainement pas la seule.

«Sur le tracé extrême du parc, la couleur lilas du lilas … s’est transformée en cendres lâches au fur et à mesure que le jour s’évanouissait … Je n’ai jamais langui de tels sentiments de sorcellerie, comme alors, devant les lilas grisonnants».
Vladimir Nabokov

Hanami utilise tous les sens. On entend le bruit du vent, on peut sentir au toucher la tendresse des pétales et respirer leur arôme en pleine poitrine. Il est également important que les Japonais, en règle générale, se rendent au hanami avec leur famille, avec des amis ou même avec des collègues de travail. Il est important de ressentir la joie, de la partager et de la multiplier plusieurs fois.

Pour comprendre l’art de contempler les fleurs, il n’est pas du tout nécessaire d’aller dans des contrées lointaines à la recherche de sakura. Regardez autour de vous: après la pomme et le cerisier des oiseaux, les lilas et les érables fleurissent. Suivi de leur la douceur coule la prune fleurie. ETyun nous enivre avec le parfum du jasmin, et juillet-août nous ravit avec une émeute d’hortensia luxueux.

Une promenade à travers le village au début de l’été, lorsque les gros bourgeons de pivoines s’ouvrent et que les champs deviennent roses avec des lupins – ce sont les khans. Admirez la richesse des couleurs d’automne de la nature russe et recherchez la paix en hiver dans la contemplation calme du vol des flocons de neige. Permettez-vous simplement de vous arrêter un instant et de voir un peu de poésie et de beauté dans le monde qui vous entoure.

Photo: @annaremarchuk

Laisser un commentaire

Avatar

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *