in

Désactivez tout: Digital Detox for Mind Health

12 mars 2021

Comment la télévision affecte le cerveau

À quelle fréquence regardez vous la télé? Tous les jours ou quelques fois par mois? Ou peut-être avez-vous fait sans lui depuis longtemps? Aujourd’hui, la télévision est un excellent remplacement pour YouTube, le flux Instagram et un abonnement annuel à Netflix. Oui, nous choisissons nous-mêmes quoi, quand, où et même à quelle vitesse regarder. Mais pour l’essentiel, les réseaux sociaux modernes et les services en ligne ne sont pas loin de la télévision traditionnelle.

Et ce n’est pas seulement la domination de la publicité. Cependant, il ne doit pas être écarté, en gardant à l’esprit à quel point il détermine notre comportement et même le niveau de bonheur. Spoiler: plus il y en a, moins nous sommes satisfaits de nos vies.

Il s’agit plutôt de savoir comment la télévision et ses analogues plus modernes – et donc plus sophistiqués – affectent le fonctionnement du cerveau. Et cette influence, d’ailleurs, est la plus directe et peut-être l’une des plus pernicieuses. Mais tout d’abord.

Comment la télévision affecte le cerveau

Repos ou détente?

Le changement de canal sans but, ainsi que le «collage» incontrôlé sur les réseaux sociaux, nous associent souvent à une détente agréable après une dure journée de travail. Voici juste la relaxation en soi, c.-à-d. un sentiment de passivité et de manque de motivation a peu à voir avec un vrai repos, qui aide à récupérer et se remplit d’émotions agréables.

En témoigne une expérience intéressante menée par les psychologues Robert Kubei et Mihai Csikszentmihalyi, à laquelle ont participé plus d’une centaine de personnes de professions et d’âges divers. Pendant la semaine, ils emportaient avec eux un téléavertisseur électronique qui émettait plusieurs bips par jour à des heures aléatoires. Après l’avoir entendu, les sujets ont rempli un questionnaire spécial, dans lequel ils ont indiqué ce qu’ils faisaient maintenant, à quel point c’était intéressant et ce qu’ils en pensaient.

La relaxation «numérique» n’a pas grand-chose à voir avec un vrai repos, qui permet de se ressourcer.

On pourrait supposer que pendant leur temps libre hors du travail, les gens donneraient une meilleure évaluation de leurs activités, car ils choisissaient eux-mêmes quoi faire à leur guise. Mais les résultats de l’expérience se sont avérés être exactement le contraire: les gens se sentaient beaucoup plus souvent actifs, créatifs, motivés et généralement satisfaits d’eux-mêmes précisément au travail.

Si le signal arrive pendant que la personne regardait la télévision, il a décrit son état comme «passif», «lent», «ennuyé» et «apathique». Il est significatif que l’état de défocalisation de l’attention et une diminution de l’activité cognitive aient persisté pendant un certain temps et après la fin de la visualisation. Et le niveau de stress n’a fait qu’augmenter (nous en reparlerons plus tard). Rien de semblable ne s’est produit dans d’autres formes de loisirs, par exemple lors de la bonne vieille lecture de livres.

désintoxication numérique pour la santé mentale

C’est de la dépendance?

Il est également frappant de constater qu’à la question «aimeriez-vous faire autre chose?», Les répondants ont constamment répondu «non», malgré la faible évaluation subjective de leur état. Comment expliquer cette contradiction? Pourquoi, même conscients que cela ne leur ferait aucun bien et ne leur apporterait aucun plaisir, sont-ils revenus à un tel passe-temps encore et encore? Les psychologues citent plusieurs raisons.

Premièrement, en comparaison avec d’autres sources d’information – livres ou conversations avec d’autres personnes – la télévision ne nécessite pratiquement aucun investissement d’énergie psychique. Nous semblons acquérir une certaine expérience sans effort. Certes, dans la pratique, les forces sont encore dépensées et l’expérience acquise n’a absolument aucune valeur pour nous.

Comme pour les autres dépendances, les gens surestiment leur capacité à contrôler.

Il est facile de faire un parallèle avec le visionnage «ivre» des feuilletons, qui ont remplacé les talk-shows télévisés. Sacrifier le sommeil pour un autre épisode est pour beaucoup aujourd’hui dans l’ordre des choses. Mais qu’obtenez-vous en retour? Un autre sujet de conversation avec des collègues au déjeuner? Cela vaut-il tous les problèmes que la privation systématique de sommeil peut poser?

Une autre réponse possible est la méfiance en soi. Lorsqu’il s’agit de loisirs, une personne cesse de croire à ses propres sentiments et s’appuie sur des stéréotypes ancrés dans la culture. D’une part, ils le persuadent que ne rien faire est improductif, et qu’il faut donc faire «au moins quelque chose». Et d’autre part, qu’après une dure journée de travail, il a besoin de se détendre et de ne pas s’encombrer d’activité physique ou d’activité créative. Les deux sont faux. L’état d’apathie, qui s’approfondit au fur et à mesure que nous lisons le fil Facebook, en est la preuve parfaite.

pourquoi passer beaucoup de temps devant l'écran est nocif

Pourquoi est-ce nocif

Comme pour toute dépendance, les gens surestiment leur capacité à contrôler. En pratique, tout le monde ne peut pas éteindre le téléviseur / smartphone à tout moment. Dans le même temps, le temps passé à regarder des émissions et à surfer sur Internet, au contraire, est sous-estimé.

Tout comme la dépendance au jeu ou aux substances psychoactives, cette dépendance fonctionne au niveau neurophysiologique. Les recherches du professeur Herbert Krugman ont montré qu’en regardant des émissions de télévision, l’hémisphère droit du cerveau devient deux fois plus actif que le gauche, ce qui est une anomalie neurologique extrême. L’activité mentale diminue, le cerveau entre en rythme alpha.

En regardant une émission de télévision, l’hémisphère droit devient deux fois plus actif que le gauche. Ceci est une anomalie neurologique.

Les ondes alpha sont associées à un état de conscience non focalisé, trop réceptif, similaire à un état hypnotique. À ce stade, la pensée critique est désactivée, la concentration de l’attention est fortement réduite et le système limbique du cerveau entre en action. Cette partie la plus ancienne du cortex est responsable de nos réactions automatiques, n’est pas capable d’analyse et ne peut même pas comprendre que ce qui se passe à l’écran est de la fiction. Il réagit donc en conséquence: il stimule la libération de cortisol, ce qui met le corps dans un état de stress.

Ce qu’une personne vit en ce moment peut difficilement être qualifié de «repos agréable». Physiologiquement, il entre dans un mode de préparation au combat, et mentalement, il n’est pas capable de se concentrer et d’analyser ce qu’il a vu. Cela a été prouvé expérimentalement: 90% des gens comprennent mal ce qu’ils voient à l’écran et ne peuvent pas raconter clairement l’intrigue de l’émission télévisée qu’ils viennent de regarder.

Osons supposer que si nous parlions de surfer sur Instagram, les scientifiques obtiendraient exactement les mêmes résultats. Essayez de vous souvenir exactement de ce que vous avez vu et lu lors de votre dernier «blocage» dans la section des nouvelles suggérées pendant 40 minutes. Pas une tâche facile, n’est-ce pas?

L'augmentation du temps d'écran affecte la structure du cerveau

Plus de raisons pour la désintoxication numérique

Rester régulièrement dans un état de rythme alpha est plus qu’une perte de temps. L’amour excessif de la consommation de contenu irréfléchi à long terme est aussi mauvais pour le cerveau que le tabagisme l’est pour les poumons. Plus vous regardez la télévision de plus en plus longtemps, plus votre risque de déficience cognitive à un âge avancé est élevé.

Ceci est clairement démontré par des scientifiques britanniques au cours d’une étude de six ans. En étudiant les habitudes de près de 4 000 retraités, ils ont constaté que ceux qui regardent la télévision plus de trois heures et demie par jour avaient une baisse de la mémoire verbale de 8 à 10% au fil des ans. Les chiffres sont faibles, mais en ce qui concerne la préservation cognitive, il vaut la peine de réfléchir à deux fois avant de vous exposer même à un tel risque.

L’augmentation du temps devant l’écran affecte la structure du cerveau.

Une augmentation du temps d’écran affecte la structure même de notre cerveau: le volume de matière grise dans les zones impliquées dans le contrôle des impulsions et la prise de décision diminue. Couplé au multitâche, qui va de pair avec la navigation sur Internet, cela augmente le risque de troubles cognitifs à l’avenir.

«Internet est un trompeur», écrit la lauréate du prix Nobel Olga Tokarchuk dans l’un de ses romans. – Il promet tant: pour accomplir votre tâche, pour retrouver ce qui a été perdu … Mais, par essence, cette promesse n’est qu’un appât, car vous tombez instantanément en transe et en hypnose … Le sol part sous vos pieds , le point de départ est oublié et l’objectif disparaît enfin de l’esprit, se noyant dans le scintillement de plus en plus de nouveaux sites. « 

Même une interaction à court terme avec un environnement en ligne avec des hyperliens étendus (par exemple, faire des achats en ligne pendant 15 minutes) réduit la durée d’attention pendant une longue période. D’ailleurs, c’est pourquoi un smartphone ne remplacera jamais les livres papier: le niveau de compréhension et de mémorisation du texte lors de la lecture à partir d’un écran de smartphone est bien inférieur à celui de la lecture à partir d’un support imprimé.

Comment la télévision affecte le cerveau

Que faire

Bien sûr, un rejet complet des technologies modernes au 21e siècle est une utopie complète. Et pourtant, il est en notre pouvoir de contrôler le temps que nous consacrons à la navigation inutile sur Internet. Surtout si vous vous rappelez souvent que les principales joies de la vie n’ont rien à voir avec l’absorption passive d’informations.

Tout repos actif et créatif donnera des chances à la pagination insensée du fil d’actualité. Comme l’a écrit D. Likhachev: «Je ne dis pas: arrêtez de regarder la télévision. Mais je dis: regardez avec un choix. Passez votre temps sur ce qui en vaut la peine. « 

Photo: @kristin_rodin

Laisser un commentaire

Avatar

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *