in

Attention distraite: qu’est-ce que c’est et comment y faire face

Distracted attention

28 janvier 2020

Lorsque vous vous lancez dans un travail important qui nécessite de la concentration et de la concentration, vous risquez d’être distrait par des facteurs non pertinents. Par exemple, les notifications sur les réseaux sociaux et les vérifications par e-mail. Une demi-heure plus tard, vous réalisez soudain que vous avez regardé toutes les histoires Instagram et discuté avec votre ami d’un nouvel épisode de votre série télévisée préférée, mais vous n’avez jamais travaillé. Situation familière? Si c’est le cas, vous avez des signes d’attention distraite. Voyons pourquoi cela se produit et comment y faire face.

Déficit d’attention situationnelle

Le terme «déficit d’attention conditionné par la situation» a été introduit par le psychiatre américain E. Hallowell, décrivant le passage fréquent d’une activité à une autre pendant la journée de travail. Il s’agit essentiellement d’un état de faible capacité d’attention, ce qui réduit notre productivité et augmente le nombre d’erreurs. Contrairement au trouble déficitaire de l’attention, cette condition n’est pas génétiquement déterminée, mais est déterminée par des conditions de travail inappropriées et l’incapacité à établir des priorités dans un environnement multitâche.

Attention distraite

Réglage de la mise au point

Des conseils évidents tels que «faire une liste de choses à faire» ou «mettre votre téléphone en mode avion pour ne pas être distrait par les notifications» ne traitent pas les véritables causes du déficit d’attention. Ce ne sont que des restrictions externes que nous nous fixons, ce qui signifie que nous pouvons les contourner à tout moment. En fait, de telles interdictions ne résolvent pas le problème de l’attention distraite, mais seulement «soulagent les symptômes». Au lieu de lutter contre une envie compulsive de vérifier votre courrier dix fois en une heure, vous devriez apprendre à suivre les déclencheurs qui déclenchent cette envie et à ajuster votre concentration.

1 / Faites attention à l’inconfort

Cela peut être à la fois physique (vous êtes simplement mal à l’aise de travailler à cette table ou assis sur cette chaise) ou psychologique (vous vous sentez insuffisamment compétent dans un problème particulier et ressentez une anxiété inconsciente). Dans le premier cas, vous chercherez inconsciemment une raison quelconque de quitter le lieu de travail, dans le second, vous reporterez le début du travail. Même un désir apparemment inoffensif d’ouvrir Google et de rechercher les informations dont vous avez besoin peut devenir une véritable mauvaise habitude. Au fond, vous comprenez vous-même que vous ne «faites pas de recherche», mais que vous cherchez une excuse pour échapper à une tâche difficile.

Attention distraite

2 / Suivez vos déclencheurs

Dès que votre main tend la main vers votre smartphone, marquez ce moment par vous-même. Faites attention à l’heure à laquelle cela s’est produit, à quelle étape du travail, ainsi qu’à ce que vous avez fait et à ce que vous avez ressenti juste avant. Le suivi des déclencheurs internes peut être délicat, mais vous pouvez vous décrire clairement la situation externe qui les accompagne.

Vous pouvez même le dire à voix haute: «Il me semble que trop de tâches m’ont empilé, alors je veux aller prendre un goûter» ou «J’ai tellement d’idées que je veux toutes les mettre en œuvre en même temps!». Mieux nous comprenons notre comportement, plus il nous est facile de le contrôler. Apprenez à suivre vos niveaux d’énergie tout au long de la journée pour vous aider à répartir correctement les tâches. Lorsque vous êtes hyperactif, votre concentration est très instable et lorsque votre énergie est faible, il est trop difficile de se concentrer sur une tâche.

3 / Écouter les signaux corporels

Votre corps vous parle, il vous suffit d’écouter ses signaux. Il est facile de remarquer qu’avant de distraire, vous ressentez une tension dans les muscles des épaules ou des contractions des doigts. Il est important de briser la chaîne «signal corporel – réponse impulsive» et, en se concentrant sur la première étape, de comprendre ce qu’est vraiment sa signification. Par exemple, les douleurs au cou ou les palpitations cardiaques sont les premières manifestations physiologiques du stress. La méditation vous aidera à y faire face, pas le fil Instagram.

Attention distraite

4 / Ne remplissez pas les pauses

Une personne s’habitue à remplir des moments microscopiques d’attente avec une sorte d’activité. Par exemple, en attendant un feu vert, vous décrochez votre smartphone, et si un site Web met plus de deux secondes à se charger, pour ne pas perdre de temps, vous commencez à vérifier les notifications sur les réseaux sociaux. Et bien sûr, par conséquent, vous «perdez du temps» dans les réseaux sociaux. Utilisez la règle des dix minutes: lorsque vous ressentez le besoin de combler le vide, promettez-vous de récupérer votre smartphone dans dix minutes. En attendant, vous attendez calmement l’opportunité d’agir et de continuer à travailler. C’est un bon moyen de surmonter les pulsions impulsives. En mettant cela de côté, vous comprendrez qu’en fait vous n’en avez pas ressenti le besoin, mais que vous avez agi par habitude.

Protégez votre concentration

Le cerveau humain n’a pas été conçu pour fonctionner dans un environnement multitâche. Le terme «multitâche» lui-même a été inventé par IBM en 1965 pour décrire les capacités d’un ordinateur. Maintenant, nous l’utilisons pour les gens, sans nous rendre compte que notre concentration est une ressource limitée. En se concentrant sur une tâche, une personne dépense de l’énergie, de sorte que chaque tâche ultérieure est effectuée par elle de manière moins efficace. Alors oubliez le multitâche et apprenez à vous concentrer sur l’essentiel comme Tom Ford. Pratiquez régulièrement des pauses pour profiter au maximum de votre temps.

Photo: @laurentcastellani

Laisser un commentaire

Avatar

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *